Menu

Le lycée agricole sème ses graines franco-portugaises

Le lycée agricole sème ses graines franco-portugaises

Professeur à l’université des Açores, section agricole, au Portugal, Joachim Moreira était l’invité du lycée agricole de Vendôme. L’occasion pour lui de découvrir pendant une semaine les particularités de l’enseignement français.

 

Le lycée agricole de Vendôme fait partie du programme Erasmus depuis de nombreuses années, un dispositif qui permet la mobilité des étudiants dans toute l’Europe. « Ce partenariat avec les Açores est né il y a trois ans, lorsque l’établissement vendômois a accueilli pendant huit mois Anna en Service volontaire européen », souligne Armelle Masson, professeure au lycée agricole. Avant l’arrivée de Joachim Moreira qui, à son tour, a souhaité suivre l’enseignement agricole en France. Une belle opportunité pour lui. « Il n’existe pas de lycée agricole au Portugal. L’enseignement se fait à l’université après des études générales », précise Armelle Masson.

 

Pour Joachim Moreira, les journées ont été bien remplies : visite de la ferme d’exploitation du lycée, puis celle de Villavard, du laboratoire, du lycée horticole de Blois avant de se rendre au lycée agricole de Montoire. « En venant chez nous, Joachim Moreira a ainsi pu préparer le terrain pour les futurs stages et échanges à venir entre la France et le Portugal », se réjouit Armelle Masson.

 

Les stages effectués dans toute l’Europe se font sur la base du volontariat et, après une préparation en amont, permettent de pouvoir axer ses centres d’intérêt sur des problématiques spécifiques. Comme, par exemple, de travailler sur les ovocytes bovins, un sujet choisi par Clara, alors étudiante à Vendôme, lorsqu’elle s’est rendue à l’université des Açores.


À lire également

5e édition de remise de diplôme à Alphonse Karr

Début novembre, à Mondoubleau au collège public Alphonse Karr, les élèves de 3e, sortis en juin 2016, ont reçu leur

C’est en dansant que l’on devient danseur ou presque …

Ainsi était annoncé le bal de musiques et danses du monde du groupe «le Bal’ A Fond» qui s’était tenu,

Pas moins de 2,5 millions d’euros pour la nouvelle Maison familiale rurale du Vendômois !

Depuis quelques semaines, les engins s’activent et un chantier semble aller grand train au bord de la RN10, juste avant

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués d'une *

X