Cet article vous est proposé par Le Petit Vendomois
Article écrit par / Publié le 25 octobre 2020
Source:https://lepetitvendomois.fr/2020/09/

Quand deux artistes se rencontrent

Élisabeth Fourgeaud-Bourgeois, peintre, calligraphe, écrivain et poète d’Oucques-la-Nouvelle a plusieurs rêves dans sa vie. Quelques-uns se sont déjà réalisés mais celui qui est en passe de se concrétiser lui tient particulièrement à cœur et c’est avec Michel Magne, artiste verrier de La Chapelle-Saint-Martin-en-Plaine qu’elle le réalise.

 

Il aura fallu deux projets avortés pour que le troisième voit le jour. Élisabeth et Michel se connaissent depuis plus de vingt ans lorsque l’artiste verrier fut invité à exposer ses créations aux expositions qu’organisait Élisabeth à Oucques. « J’ai toujours eu envie de faire des vitraux avec les créations d’Élisabeth mais il fallait que le contexte s’y prête » précise Michel Magne, créateur et restaurateur de vitraux pour les monuments historiques. Contacté par Évelyne Gautier en 2018, maire de Baigneaux, qui désire rénover l’église de son village et créer des vitraux colorés qui n’existent pas actuellement, Michel pense immédiatement à Élisabeth pour qu’elle soit l’artiste car le projet lui correspondait. «Michel s’est déplacé chez moi après avoir visité l’édifice qui accueillerait sa création. Nous avons fait défiler pendant de longues minutes mes différentes peintures et calligraphies. Il savait ce qu’il voulait, son œil d’artiste verrier reconnaît immédiatement ce qui est possible ou pas. Après un long moment, il s’arrête sans hésitation sur une œuvre contemporaine, mélangeant peinture, calligraphie et plume, aux couleurs bleue, prune et or. Pour la mettre en lumière, il me fallait la retravailler. Le projet sur papier a énormément plu à Évelyne Gautier » détaille Elisabeth.

 

Une histoire qui a commencé il y a deux ans et qui aboutira à l’automne lorsque les trois vitraux seront posés.
« Michel a du talent, je reconnais à travers les vitraux mes coups de crayon, mes mouvements de main comme sur le papier de l’œuvre originale à l’instar de ce magnifique dégradé de bleus avec des verres de différentes teintes» poursuit l’artiste peintre. Le vitrailliste utilise certains verres tous fabriqués à la main comme ils ont été créés, sans modification, pour permettre un jeu de lumière bien particulier. « Le côté moderne d’Élisabeth se prête au jeu de l’église de Baigneaux. J’utilise la forme de la matière pour créer le mouvement. Ainsi, le verre transparent artisanal a une légère coloration jaune sur certains endroits, ce qui souligne le doré de l’œuvre d’Élisabeth. Cela m’a inspiré beaucoup car l’on retrouve les couleurs de bases du XIIIe siècle, les couleurs de la symbolique. Seule la teinte verte manque » explique Michel Magne.

 

Aujourd’hui, comme le précise Élisabeth Fourgeaud-Bourgeois, il est rare qu’un verrier travaille avec un artiste peintre ou vice et versa. Au départ, Élisabeth était anxieuse quant au résultat mais, aujourd’hui, elle se réjouit du travail accompli. Retrouver ce côté religieux à une époque où le vitrail invitait au confinement. Ces couleurs permettent ainsi de faire passer la lumière mais rien de l’extérieur ne vient perturber le recueillement intérieur grâce au jeu subtil depuis tant de siècles de la lumière transparente et colorée des vitraux.


Le masque et la plume

17e Salon du livre de Vendôme
samedi 26 et dimanche 27 septembre

 

«Le masque et la plume» ne saurait mieux convenir à qualifier le 17éme salon du livre de Vendôme dans ces circonstances de crise sanitaire. Le mot «masque» est emblématique de 2020. Tous, écrivains et public le porteront et toutes les précautions seront prises pour qu’auteurs et lecteurs renouent en sécurité avec ce qui se veut un festival de mots.

 

C’est donc le week-end des 26 et 27 septembre qu’à Vendôme, petite ville d’art fréquentée par Ronsard et Balzac, nous célébrerons nos valeurs culturelles. L’intérêt est aujourd’hui marqué pour le «local» et la trentaine d’auteurs et éditeurs présents viendront majoritairement du Centre Val de Loire, avec un «noyau dur» du Vendômois. Les noms de LOISEL, BEAUDOUX, PASQUIER, Goré seront très évocateurs pour ceux que l’histoire du Vendômois ne laisse pas indifférents. Venu en voisin, le poète Orléanais Jean-Pierre PAULHAC évoquera le samedi à partir de 15h, sous forme d’un échange avec le public, Jeanne d’Arc, en s’éloignant de l’hagiographie traditionnelle. Mais c’est le beauceron Gérard BOUTET, qui fera figure d’invité d’honneur du salon. Parler de son territoire ne signifie pas s’y confiner : homme de théâtre, poète, romancier historique, il revêt une renommée nationale. Vous pourrez non seulement échanger avec lui toute la journée du samedi et du dimanche sous la belle halle du marché couvert, mais encore l’applaudir, dès 18h30 le samedi à l’Espace 102, dans une évocation théâtrale de la vie du «curé des nids». Venus de Paris, Evelyne DRESS, comédienne et auteure bien connue, et Joel FAVREAU, dernier accompagnateur de BRASSENS, compléteront ce riche plateau. Lectures et chansons animeront le week-end, en extérieur.

 

Gilles SIMON, renseignements 06 77 97 09 26
président du cercle des poètes retrouvés en Vendômois, organisateur du salon.


Toujours actif, plus que jamais…

Pôle Image 41 vient de fêter ses quatre ans lors de son assemblée générale en août. Cette association qui référence, entre autres, tous les professionnels du monde du cinéma dans la région s’est constituée à Vendôme avant de déménager fin 2018 à Blois, gardant une antenne active en Vendômois.

 

Une assemblée générale, la première depuis son déménagement à Blois, qui débute sur un film de présentation de l’association de quatre minutes pour mettre en avant tout le travail effectué depuis quatre années. Avec si peu d’années d’existence et déjà tant de projets aboutis, « Pôle image 41, bien plus qu’un studio » s’entoure de passionnés de l’image. Que ce soit des projets de courts métrages et de travail autour du scénario avec les écoles comme ceux réalisés avec les groupes scolaires de Villiers-sur-Loir et de Lunay ou la création des décors de l’Escape Game de Blois « Daedalus », l’association construit ses partenariats et répond rapidement aux défis lancés. « Avec l’Orchestre du Loir et Cher, notre équipe s’est mobilisée pour filmer un concert pendant le confinement et le diffuser sur les réseaux sociaux. Nous avons répondu à l’urgence, Pôle Image 41 a joué son rôle en trouvant quatre techniciens en 3 jours pour réaliser ce film » détaille Patrick Lambert, président fondateur, lui-même décorateur de cinéma.

 

« Nous avons également un partenariat avec le Conservatoire d’art dramatique de Blois ce qui nous permet de repérer des éléments du 3e cycle que l’on peut intégrer dans des tournages. C’est également très formateur pour ces jeunes comédiens » poursuit Frédéric Choquet, autre membre très actif et fondateur de Pôle Image 41. Lancé en début d’année par l’association, le concours des scénarios a pris du retard en raison de la Covid-19 mais, aujourd’hui, le nom du lauréat parmi vingt dossiers reçus des six départements de la Région est connu. L’heureux gagnant habite du côté de Mer, Thierry Bonneyrat, auteur, scénariste de BD entre autres et réalisateur. « C’est un hasard car le concours était anonyme. Ce prix s’accompagne de la production et de la réalisation de son court métrage ainsi que l’inscription à trois festivals de film » conclut Frédéric Choquet. Reste pour Pôle Image 41 de trouver un local pour un futur studio, des pourparlers avec la mairie de Blois débuteront à la rentrée.


Rallye Coeur de France

Du 25 au 27 septembre

 

Le virus du rallye plus fort !

 

Même s’il faut redoubler de vigilance dans l’approche sanitaire, le rallye Cœur de France est bien parti pour sauver sa 23e édition, troisième manche du championnat de France. Avec un nombre record d’engagés au départ de Vendôme. Du jamais vu !

 

L’édition 2020 s’annonce particulière à plus d’un titre : d’abord, la pandémie du coronavirus oblige les organisateurs à redoubler de vigilance et à mettre des mesures draconiennes de protection des concurrents et du public. Ensuite, la conséquence de l’arrêt complet des compétitions durant cinq mois est que les pilotes, sevrés de leur passion, se sont rués sur les engagements et que plus de 150 équipages sont attendus sur les routes du Perche-Vendômois. Enfin, l’organisation a continué pendant le confinement à travailler pour être prête à temps. Quant au parcours, il ne change guère vu les circonstances : « En gardant un format condensé autour de Vendôme et de Savigny-sur-Braye, nous restons dans l’ADN du Cœur de France qui fait son succès » confirme Jean-François Dupas, le patron de l’organisation qui mobilise plus de 300 personnes entre les officiels, les commissaires de route et les bénévoles.

 

 

Les temps forts de l’édition 2020

Ce seront les 12 épreuves chronométrées dans lesquelles les concurrents devront donner le meilleur d’eux-mêmes et de leurs voitures sans sortir de la route mais sans trop tirer sur la mécanique car le rallye est long. Elles sont disséminées dans tout le Vendômois (voir lieux et horaires) et même dans la Sarthe avec celle de Bessé-sur-Braye. Elles sont libres d’accès et gratuites via des zones publiques.

 

Deux spéciales-spectacle sont particulièrement intéressantes : celle de Vendôme le samedi 26 après-midi aux Grands-Prés et celle de Savigny-sur Braye au cœur du bourg le dimanche 27 en fin de matinée. De la pure adrénaline avec une bonne visibilité avec dérapages, virages au frein à main et show assurés !

 

Pour ceux qui s’intéressent de près aux voitures de rallye, ils auront l’occasion de voir les mécaniciens en action et les pilotes dans les parcs d’assistance installés à Vendôme place de la Liberté, au Pré-aux-Chats et route de Danzé (ex-Ets Chavigny).

 

Enfin, le départ et l’arrivée se situeront pour la première fois sur le Parvis de l’Hermione. Mais il fort probable que le cérémonial d’arrivée le dimanche après-midi soit écourté et sans public en raison de la crise sanitaire.

 

Demandez le programme !

 

Vendredi 25 septembre
Shakedown (essais libres) 9h30-15h30 Villerable-Naveil
Vérifications techniques 16h-22h Vendôme Le Minotaure

 

Samedi 26 septembre (1e étape)
Le premier horaire correspond à la première voiture VHC (historique), puis après l’ES7 à la première moderne.
Podium départ 8h Parvis de l’Hermione à Vendôme
* ES 1 Sougé-Bonneveau (14,8 km) 9h30
* ES 2 Bessé-sur-Braye (27,2 km) 10h05
* ES 3 Savigny-Marolles (19,6 km) 11h
Assistance Vendôme Place de la Liberté, Pré-aux-Chats et route de Danzé
* ES 4 Sougé-Bonneveau (14,8 km) 14h55
* ES 5 Bessé-sur-Braye (27,2 km) 15h30
* ES 6 Savigny-Marolles (19,6 km) 16h25
—– Fin du rallye VHC ——
* ES 7 Super Vendôme (1,3 km) 17h30
Assistance et parc fermé piscine Vendôme

 

Dimanche 27 septembre (2e étape)
* ES 8 Sargé-sur-Braye (17,8 km) 8h40
* ES 9 Cellé (12,5 km) 9h30
Regroupement Savigny école
* ES 10 Sargé-sur-Braye (17,8 km) 11h25
* ES 11 Super Savigny (1,2 km) 12h
* ES 13 Cellé (12,5 km) 12h15
Arrivée et remise des prix à partir de 13h30 Vendôme Parvis de l’Hermione

 

Retrouvez le détail de toutes les épreuves sur
www.rallyecoeurdefrance.org

 

 

 

Qui peut gagner ?

 

Chaque année, les postulants au titre national sont de plus en plus nombreux. Yoann Bonato, deux fois champion de France (2017 et 2018), a laissé échapper une troisième couronne l’an passé malgré sa victoire au dernier Cœur de France. C’est donc le jeune Yohan Rossel qui défendra son titre. En raison du Covid, une seule manche a été courue (Le Touquet) qui est revenue à Bonato. Le Mont-Blanc début septembre aura permis d’en savoir plus avant le Cœur de France, troisième manche. Bonato (Citroën C3) et Rossel (Citroën C3) vont se retrouver face-à-face mais il faudra compter sur Quentin Gilbert (Citroën C3), Quentin Giordano (VW Polo) et le Tourangeau Pierre Roché (Citroën C3), déjà deux fois vice-champion de France par le passé. Ajoutons un bataillon d’Alpine nouvelle génération aux mains de pilotes talentueux comme Delecour ou Robert.


«Mon défi» : soutien en ligne pour les Virades de l’Espoir 2020

«Face aux consignes de prudence, aux règles d’hygiène et aux inconnues qui persistent encore face à la covid 19, nous avons pris la décision de suspendre notre version traditionnelle de la Virade 2020.» déclare l’association de la Virade de l’Espoir en Vendômois.

 

«Une résolution qui nous affecte, mais la mucoviscidose contre laquelle nous nous battons ensemble depuis 1998, nous interdit toute erreur face à cet ennemi invisible supplémentaire. C’est pourquoi cette année, en Vendômois, notre combat sera mené d’une manière différente.

 

Les Virades de l’Espoir représentent près de la moitié des ressources financières de l’association. Grâce aux dons, Vaincre la Mucoviscidose finance des projets de recherche, optimise la prise en charge médicale, apporte un soutien moral aux patients et permet la sensibilisation du grand public.

 

En suivant ce lien nous lançons un défi
https://mondefi.vaincrelamuco.org/projects/viradeduvendomois

 

Vous soutenez la cause de vaincre la mucoviscidose en versant un don à notre association. Notre but est d’atteindre la somme de 15 000 €. Les dons en faveur de la Virade de l’Espoir en Vendômois sont également possibles par chèque. Vous pouvez les faire parvenir à notre trésorier par voie postale : Jean-Marie PINON, représentant départemental, 48 rue Honoré de Balzac, 41000 Blois.

 

Sachez que les bénévoles restent disponibles et à l’écoute de toute autre possibilité d’action en faveur de la Virade de l’Espoir en Vendômois.

 

Nous pouvons d’ores et déjà annoncer le maintien de la programmation de l’enduro à la carpe avec

le Scaled Carp Club Solognot du vendredi 25 au dimanche 27 septembre à l’étang de Saint-Firmin-des-Prés

 

ainsi que le tournoi de pétanque avec le club de Lignières le samedi 26 septembre.

 

La Chorale de Saint Firmin des Prés «Choeurs des Prés» s’engage à soutenir notre association pour la première fois cette année (la date est à fixer).

 

Partenaires, Bénévoles, donateurs, adhérents, ne lâchons pas ce combat, la recherche avance. A chacun de vous, merci de votre compréhension, engagement et soutien en ces temps difficiles.»

 

Aurélie Haudry,
association de la Virade de l’Espoir en Vendômois


Le nouvel âge des marchés de producteurs

Malgré les nombreux dégâts occasionnés par la crise sanitaire, celle-ci a néanmoins suscité quelques conséquences positives, parmi lesquelles l’on peut citer le retour des consommateurs vers une alimentation plus saine et plus équilibrée, trouvée auprès des producteurs locaux. Ceux-ci ont accéléré leur organisation, notamment grâce à des plates-formes telles que «Local Bio» ou encore «Saveurs 41» et «Agrilocal 41», ces dernières mises en place par le Conseil départemental de Loir-et-Cher.

 

Avec le concours de municipalités dynamiques, des petits marchés ont été mis en place pour favoriser les rencontres avec les consommateurs, ce qui constitue un retour aux pratiques d’autrefois. Si chacun connaît les marchés de Vendôme ou de Montoire-sur-le-Loir, dans le Vendômois proche, quatre manifestations de ce type ont vu le jour : à Couture-sur-Loir, à Naveil, à Lancé et à Selommes, sans oublier dans la Sarthe, à Loir-en-Vallée, sur l’autre rive du Loir, un «drive» de producteurs qui prend une ampleur croissante.

 

Alors que le confinement compliquait considérablement les problèmes de ravitaillement, les habitants des zones rurales ont découvert, ou redécouvert, le bonheur de fréquenter ces marchés où les producteurs de proximité viennent vendre le fruit de leur travail. Ainsi que le souligne Philippe Mercier, qui a lancé, fin juillet, une telle manifestation dans la commune de Vallée de Ronsard : «le problème n’est pas tant de mettre en place ce type de réunion que de le pérenniser. Pour cela, il est nécessaire de susciter une attractivité permanente, en apportant régulièrement des nouveautés. Partant de ce principe, nous avons décidé de créer, chaque mois, un marché à thème : ainsi les vendanges seront-elles à l’honneur le quatrième dimanche de septembre. Les marchés des quatre bourgs ne se tiennent pas le même jour et ont une périodicité différente, ce qui va permettre de travailler en réseau et d’offrir aux exposants une possibilité de rotation entre les uns et les autres.»

 

 

A Couture-sur-Loir, le marché a lieu deux fois par mois, le dimanche ; à Naveil il est organisé tous les jeudis matins ; à Lancé, il se déroule les vendredis soirs autour du bar associatif ; à Selommes, enfin, il se tient une fois par mois, le dimanche matin. Des animations, par exemple musicales, peuvent se greffer sur la manifestation et contribuer à attirer le public.

 

Si l’on se réfère à celui de Couture, lancé pendant la période estivale, ce dernier a connu d’emblée un vif succès qui, non seulement, a contribué à la notoriété de la commune de Vallée de Ronsard, mais a aussi incité les exposants à revenir ; le bouche à oreille a propagé la satisfaction unanime des producteurs comme celle des clients, ce qui constitue un terreau favorable à la réussite.

 

Les acheteurs sont sensibles à la fois à la qualité des denrées, à leur fraîcheur et à la proximité de leur lieu de production, donc à leur traçabilité, toutes choses qui assurent la sécurité alimentaire. Ils apprécient également l’ambiance conviviale, l’accueil chaleureux qui leur est réservé ainsi que la possibilité de se retrouver ou même, parfois, de faire à cette occasion la connaissance de leurs voisins.

 

Dans un monde où toutes les relations sont dominées par le virtuel, phénomène accentué par la crise sanitaire qui a fait disparaitre de nombreuses occasions de rencontres festives, sportives ou amicales, et où même les réunions de travail se déroulent souvent par voie de visioconférence, l’humain va prendre une importance d’autant plus considérable. Ces marchés de producteurs peuvent être vus comme un retour à la terre nourricière, à ce plaisir simple qui consiste à manger de bons produits. Faire son marché devient une parenthèse bienvenue au milieu du stress quotidien.

 

Xavier Campion


6e festival romantique du Loir

Pour fêter le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven, la 6e édition du festival romantique du Loir débutera vendredi 18 septembre au Prieuré Notre Dame d’Yron de Cloyes-les-Trois-Rivières (28) et se clôturera à Saint-Firmin des Prés, le 27 septembre.

 

Le festival s’ouvrira sur un trio pour piano et cordes du maître. Il sera interprété par le jeune trio Hélios composé de Camille Fonteneau violon, Raphaël Jouan violoncelle, et Alexis Gournet piano.

 

Comme l’an passé, place aux musiciens de demain avec 2 minis-concerts samedi 19 : des «Jeunes talents» au Prieuré de Notre Dame d’Yron et une jeune et talentueuse pianiste, Fanny Bracco. C’est dans l’église Saint-Georges de Cloyes-sur-le-Loir que l’Orchestre de Chambre de la Garde Républicaine dirigé par le Lieutenant-Colonel Sébastien Billard interprétera un programme plein de romantisme. Ce fut un tel coup de cœur en 2019 que nous retrouverons les Solistes de !’Orchestre Philharmonique de Radio France dans l’église de Saint-Hilaire sur Yerre dimanche 20 septembre ; ensuite, dans l’église de Pezou, ce sera une soirée aux accents de musiques populaires avec des œuvres pour trio à cordes et accordéon. Et enfin, pour clôturer cette 6e édition, le Quatuor Parisii interprétera le quintette de Robert Schumann avec la pianiste Carine Zarifian, bien connue des festivaliers.

 

Vendredi 18 septembre, 20h30, Cloyes-les-Trois-Rivieres (28), Prieuré Notre-Dame d’Yron (réservation conseillée) : TRIO HELIOS
avec Camille Fonteneau (violon), Raphaël Jouan (violoncelle), Alexis Gournel (piano).
Ludwig van Beethoven (1770-1827) – Trio N° 2 en sol maj. Op. 1
1 – Adagio / Allegro vivace 2 – Largo con espressione 3 – Scherzo : Allegro 4 – Finale : Presto
Sergueï Vassilievitch Rachmaninov (1873-1943) – Trio élégiaque N°1 en sol min.
Lento lugubre / Piu vivo / con anima / Appassionato / Tempo rubato / risoluto / Alla marcia funebre
Charles-Camille Saint-Saëns (1835-1921) – Trio N° 1 en fa maj. Op. 18
1 – Allegro vivace 2- Andante 3 – Scherzo : Presto 4 – Allegro

 

Samedi 19 septembre, 11h30, Cloyes-les-Trois-Rivieres (28), Prieuré Notre-Dame d’Yron (entrée libre) : NEW Génération de musiciens

16h30, Cloyes-les-Trois-Rivieres (28), Prieuré Notre-Dame d’Yron (libre participation) : concert jeune soliste
avec Fanny Bracco (piano)
Robert Schumann, Fantaisiestücke op 12
Isaac Albéniz, 1er cahier d’Iberia
Frédéric Chopin, Polonaise héroïque en là bémol majeur op 53

 

20h, Cloyes-les-Trois-Rivieres (28), église : Magali Leger (soprano) et l’orchestre à cordes de la Garde Républicaine
Direction : Lieutenant-Colonel Sébastien BILLARD
Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791) : Adagio et fugue en ut mineur K.V.546
Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759) : Alcina : « Tornami a vagheggiar »
Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759) : Giulio Cesare : « Piangero la sorte mia »
Edvard GRIEG (1843-1907) : Deux mélodies élégiaques
Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759) : Giulio Cesare : «Da tempeste»
Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759) : Semele : « Endless pleasure »
Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791) : Zaïde : « Tiger ! »
Carl REINECKE (1824-1910) : Sérénade pour cordes en sol min.

 

Dimanche 20 septembre, 17h, Saint-Hilaire-sur-Yerre (28), église : grand voyageur. Solistes de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France
Ji-Yoon Park et Julien Szulman (violons)
Cyrille Mercier et Marc Desmons, (altos)
Nadine Pierre et Catherine de Vençay, (violoncelles)
Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate pour violon et violoncelle en ut Majeur
Robert Schumann (1810-1856) : Quatuor N°1, en la min. Op. 41 n°1
Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : «Souvenir de Florence» Op. 70, pour deux violons, deux altos et deux violoncelles

 

Samedi 26 septembre, 20h30, Pezou (41), église Saint-Pierre :
Sonorités de l’est

Avec Anne Camillo (violon), Céline Tison (alto), Pablo Tognan (violoncelle), Pierre Cussac (accordéon)
Antonin DVORAK : Bagatelles (Op.47, B 79) – violon, alto, violoncelle et accordéon
Béla BARTOK (1881-1945) : Danses Roumaines – Violon, alto, violoncelle et accordéon
Musique Traditionelle : duite de thèmes traditionnels Bulgares – violon, violoncelle et accordéon
Johannes BRAHMS (1833-1897) : Danse Hongroises N°2 en ré min. – violon, violoncelle et accordéon
Joseph ACHRON (1886-1943) : Mélodie Hébraique – Alto et accordéon
Ernest BLOCH (1880-1959) : Prière – Violoncelle et accordéon
Pierre CUSSAC : Compositions personnelles et impros – Accordéon solo
Ernö DOHNANYI (1877-1960) : Sérénade pour trio à cordes en ut Maj. Op. 10

 

Dimanche 27 septembre,
17h, Saint Firmin-des-Prés (41), église : Quatuor Parisii

Avec Arnaud Vallin et Florent Brannens (violons), Dominique Lobet (alto), Jean-Philippe Martignoni, (violoncelle), Carine Zarifian (piano)
Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Quatuor N°1 en fa Majeur Op. 18 n°1
Sonate pour piano N°8 en do min., Op. 13 dite «Pathétique»
Robert Schumann (1810-1856) : Quintette pour piano et cordes en mi bémol Majeur Op. 44

 

Tarifs concerts :
tarif unique 15€,
réduit 12€, moins 12 ans gratuit.
Attention, tarif unique de 18€ pour le concert du 19 septembre 20h à l’église de Cloyes-les-Trois-Rivières.

 

Les spectateurs devront venir avec leur masque, dont le port sera obligatoire. Les règles de distanciation en vigueur seront respectées, avec mise à disposition de gel hydroalcoolique.

 

Renseignements, réservations :
Les Amours du Poète», 07 71 58 13 13. www.festival-romantique-du-loir.com


Salon de la bière

Le premier salon grand public dédié à la bière artisanale loir-et-chérienne se déroulera samedi 19 septembre à Saint-Firmin-des-Prés.

 

Les visiteurs chemineront de stand en stand à la découverte de huit brasseurs dont quatre Vendômois ; l’occasion de découvrir leur savoir-faire et de déguster leurs produits avec votre propre verre sérigraphié pour l’occasion.
Puis, pourquoi pas s’inscrire à l’un (ou les trois) des ateliers de dégustation programmés pour en connaître et en savourer tous les plaisirs. Admirez ensuite les belles mécaniques de l’exposition de voitures de collection et terminez cette journée festive par une soirée animée dès 18h.

 

Pour découvrir les brasseurs présents, cliquez ici

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération


Porche ouvert, échafaudages disparus

Depuis le 15 août, le quartier Rochambeau à Vendôme est à nouveau accessible par la rue des Poilus. Le quartier autour de l’abbaye de la Trinité arrive quasiment au terme des travaux engagés en 2018 et début 2019.

 

Le porche qui, autrefois permettait en voiture de pouvoir se garer sur le parking du quartier est à nouveau ouvert mais dorénavant uniquement pour les piétons.

 

Quant au parvis devant le Bâtiment Régence, il se trouve dégagé et apparaît enfin dans toute sa grandeur cette façade qui depuis plus d’un an se trouvait cachée par les échafaudages, grue et autres modules des entreprises de restauration du chantier de réhabilitation engagé par le groupe Vuitton, nouveau propriétaire de ce monument emblématique de Vendôme.

 

Reste l’horloge surplombant le cadran solaire au centre du bâtiment qui sera restaurée prochainement. Le groupe LVMH devrait s’installer en septembre et commencer à produire dans ce nouveau pôle de compétence dédié aux cuirs rares et précieux.

 

Quelques aménagements à la charge de la commune pour terminer le pavage le long du bâtiment et le parvis aura son allure définitive. Quant à savoir quand seront organisés les premiers évènements sur cette esplanade, personne ne peut le dire, la Covid-19 ayant retardé l’inauguration et annulé différentes manifestations.

 

Les travaux entamés sur le bâtiment J à gauche transformeront cette bâtisse tout en longueur en différents locaux techniques ainsi que des WC publics et en extérieur un bardage métal l’intégrera totalement dans l’esprit du quartier avec ses jardins à proximité.


Université d’été chez Horizon Sahel

Devant le constat d’une année particulière due à la pandémie, l’association Horizon Sahel a dû changer son programme pour cet été.

 

Ainsi une mission au Sénégal avec six étudiants volontaires en ingénierie biomédicale s’est transformée en une semaine de découverte et de formation sous forme d’université d’été du 27 au 31 juillet.

 

«Après ce séisme lié au coronavirus, notamment l’annulation du voyage au Sénégal qui devait se faire en juillet, il nous est apparu nécessaire de rebondir et une véritable synergie des compétences et des moyens est née» explique Daniel Millière, président d’Horizon Sahel, association vendômoise reconnue d’intérêt général et qui participe à l’aide au développement du Sénégal grâce notamment à la collecte et à l’envoi de matériel médical. En partenariat avec l’association Biom’aide de Polytech Lyon et d’étudiants de 4e année en ingénierie médicale, Horizon Sahel a organisé en un temps record une semaine en université d’été. «Pour les étudiants, la découverte du monde de l’entreprise, des innovations qui l’entourent, des concepts techniques a été formateur. Les entreprises formatrices pendant cette semaine comme Getinge ou Médiprima, partenaires de l’association, sont gagnantes également car ce sont leurs collaborateurs de demain. Pour l’association, nous nous plaçons au cœur de la problématique du réemploi des dispositifs médicaux à l’international. Chaque partie y trouve son intérêt» s’enthousiasme Daniel Millière.

 

Une visite entre autres à l’hôpital Trousseau à Tours a permis d’aborder le thème des gaz médicaux et leur gestion. Sur place pendant la semaine de formation, dans les locaux d’Horizon Sahel à la Ville-aux-Clercs où les étudiants logeaient, ils ont pu apprendre à réaliser des maintenances avec peu de ressources afin d’être opérationnels dans des pays en développement grâce notamment à Jo Leduby, ancien ingénieur médical.

 

« Un stage très formateur, enrichissant et offrant beaucoup d’opportunités sur le plan professionnel » concluait Georgina, l’une des 9 étudiants qui a suivi l’université d’été.

© Copyright 2015-2020 Le petit Vendomois. All Rights reserved.

page 1/1