Menu

L’EDITO D’ALEX : Archives secrètes

L’EDITO D’ALEX : Archives secrètes

En décembre, Roselyne Bachelot, en charge des archives en tant que ministre de la Culture, a annoncé ouvrir, avec quinze ans d’avance, des fonds concernant les enquêtes judiciaires en lien avec la guerre d’Algérie. Parmi les «archives secrètes» de la France contemporaine, celles de cette guerre coloniale devraient avoir une place de premier ordre. En effet, massacres, tortures, putsch des généraux, tous les ingrédients semblent réunis au moment où l’on doit commémorer les 60 ans de la fin de ce conflit, pour faire de cette ouverture, un événement de la raison d’état. En outre, on sait que les opérations de transferts des archives de l’Algérie en France eurent lieu dans une atmosphère particulièrement dramatique comme le furent tous transferts d’archives lors de conflits.

 

Une annonce que le Président de la République, Emmanuel Macron, inscrit dans la politique de réconciliation mémorielle malgré la relation franco-algérienne qui est en crise depuis des mois. Déjà en octobre, il avait reconnu lors d’une commémoration du massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961, les «crimes inexcusables pour la République». Avec cette ouverture prochaine anticipée des archives, la France donne un nouveau signe d’une bonne volonté politique vis-à-vis de l’Algérie et des chercheurs. Si l’histoire de la guerre d’Algérie est en grande partie connue, il reste beaucoup de zones d’ombre comme les disparus. De nombreuses familles ne connaissent pas dans quelles conditions leur proche a été exécuté ou enterré. Ces archives pourraient être alors essentielles. Car si la falsification des faits amène toutes les errances, tous les troubles et donc toutes les haines, la véritable connaissance des événements, même épouvantables ou éprouvants, permettra la réconciliation des mémoires et tracer les perspectives pour l’avenir.

 

Tous ces documents seront consultables par les chercheurs mais leur exploitation pourrait s’avérer également délicate. Certains des acteurs de l’époque, cités dans les documents sont encore vivants au risque de dévoiler certains éléments qui peuvent poser problème. Et si des délais existent, comme ceux réservés à la seconde Guerre Mondiale, c’est bien pour ces raisons.

 

Cette demande forte de la part des historiens, français comme algériens, d’aller dans le sens d’une plus grande ouverture des archives, a donc été réalisée, démontrant que du côté des autorités françaises, cela avançait. C’est plus difficile du côté des archives algériennes qui restent à la traîne pour se dévoiler. Pouvoir avancer dans le même sens serait idéal pour les historiens ayant enfin accès à la totalité des documents des deux côtés de la Méditerranée. Mais les archives secrètes de la guerre d’Algérie intéressent surtout ceux qui l’ont faite et ceux qui voudraient la continuer. Il en va donc des secrets du conflit algérien comme des secrets de famille : peu de gens, en vérité, ont le désir de les regarder en face et beaucoup d’acteurs virulents à l’époque voudraient même les oublier.

 

Alexandre FLEURY

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Editorial de Septembre 2017 : Une puce qui gratte un peu

  Alors qu’en France la polémique bat son plein sur la nouvelle loi travail et les contrats aidés revus à

Editorial d’avril 2016 : La joie de rouler en mobylette

 Dimanche 20 mars, le couperet tombe. Un homme, pas très grand mais impressionnant dans son habit bleu marine me fait

Editorial de décembre 2015 : deux menaces pour la France, peut être 3

 Un début d’année marqué par l’attaque de Charlie Hebdo et une fin d’année par la tragédie des attentats parisiens. Décidemment

X