Cet article vous est proposé par Le Petit Vendomois
Article écrit par Alexandre Fleury / Publié le 17 octobre 2019
Source:https://lepetitvendomois.fr/arts-culture/calque-et-transparence-peinture-et-mot/

Calque et transparence, peinture et mot

Jusqu’au 31 octobre, la Galerie Laurent Potier accueille Bérénice Constans, artiste bordelaise et ses œuvres méditatives. Un voyage à travers ses mots et encres, une artiste et écrivain nous fait découvrir son monde mystique.

 

Bérénice Constans écrivait à la fin des années 80 dans les Cahiers de Schibboleth, petit tirage où beaucoup d’auteurs se sont exprimés. Les éditions ont cessé mais Bérénice a continué à écrire et illustrer des livres, notamment ceux de Claude Louis Combet, philosophe-écrivain. Grâce à son réseau dans le monde de l’art et ses connaissances, Laurent Potier a pu persuader cette artiste reconnue de venir exposer à Vendôme au sein de sa joaillerie-galerie, chose rare car Bérénice expose peu et surtout s’expose peu.

 

Ainsi, à Vendôme, ses nouvelles œuvres, des encres sur papier calque polyester, matière indéchirable que les architectes utilisent pour leurs plans, s’affichent sur les murs blancs de la galerie. Un monde de méditation et de spiritualité, des encres aux couleurs douces, jouant avec la transparence du papier et toujours rehaussées par une phrase illustrant son tableau, Bérénice Constans aime que l’on imagine ce qu’il y a derrière son œuvre. Certaines ont un interrupteur afin d’alimenter une petite Led et qui alors transforme le tableau par sa transparence avec un point lumineux à un endroit précis comme le point de méditation que l’artiste a matérialisé.

 

Avec ses œuvres, pour certaines référencées à la Bibliothèque de France, qu’elles soient écrites comme son dernier livre «L’œil de tous les yeux», ses illustrations, ses carnets intimes qui sont tous des œuvres originales que l’on découvre en vitrine chez Laurent Potier, l’observateur plonge dans sa propre interprétation et qui ne sera pas celle des autres. La phrase qui émane de son imagination en dessous de ses encres peut diriger le regard mais finalement même ses mots restent mystiques. La complexité entre art et littérature est en perpétuelle relation, un univers qui a peu d’égal, intime sans l’être, vision de l’inconscient, des œuvres très féminines. En relation totale avec le thème qui en 2019 a animé Laurent Potier et son hommage, tout le long de l’année, aux artistes féminines.

 

Jusqu’au 31 octobre – Galerie Laurent Potier
rue Marie de Luxembourg à Vendôme- tous les jours aux heures d’ouverture de la joaillerie – fermeture le dimanche et Lundi
Pour finir l’année 2019, en Novembre et décembre, la galerie exposera la sculptrice Danoise, Mia Refslund – Jensen.

© Copyright 2015-2020 Le petit Vendomois. All Rights reserved.

page 1/1