Menu

Josy, peintre parisienne à la campagne

Josy, peintre parisienne à la campagne

Après les Beaux Arts, la parisienne Josy Moreau-Peter «s’expatrie» dans l’Yonne, avec son mari. Leur installation devait être temporaire, vingt-sept ans qu’elle a duré ! La campagne comme environnement a forcément sollicité l’imaginaire de la jeune artiste qui en a décrit les subtilités colorimétriques, les sensibilités saisonnières à travers des compositions esthétiques de type impressionniste. Les champs de tournesols, les cours d’eau, les arbres s’étalent sur des toiles à la vivacité reconnue. Ses peintures s’exposent, localement et au sein de la galerie de Jean Minet, Place Beauvau. Elles s’exportent bien aussi. Au Japon notamment.

Avec le temps, son style va évoluer. Il sera influencé et accompagné par la musique classique. Les enfants sont musiciens, ceci explique cela. Dans l’atelier, la musique est présente en permanence, et diffuse un état d’esprit comme une huile essentielle. Le style pictural de Josy s’oriente vers la figuration libre. Elle réalise une série de toiles interprétation des personnages de Carmen. Le tango argentin s’exprime sur ses toiles comme dans sa vie personnelle. La peinture s’étale sur la toile en drapé rouge ou bleu, dans leur chorégraphie latine flamboyante.

En 2002, la famille arrive dans le Vendômois. Mais Josy n’a jamais rompu avec Paris. Elle y mène des ateliers en Musées, des conférences, elle accompagne les visiteurs amateurs d’art, et ce chaque semaine. Elle a ainsi trouvé un équilibre raisonnable entre une vie culturelle trépidante à la capitale et un site paisible plus propice à l’inspiration en campagne authentique ( elle habite dans un petit village proche de Vendôme ).

A la même époque, une association sera créée à Vendôme pour promouvoir la peinture. Expositions, échanges, cours en établissements scolaires jalonnent l’emploi du temps de l’artiste toujours avide à ouvrir les portes de la culture artistique au public. Et ça continue.

Une exposition est programmée du 3 au 12 juin à la Chapelle Saint-Jacques ( 14-19h ), avec les peintres Anne Huet ( invitée ), Marie-Christine Thiercelin et Joëlle Dubois, la photographe Cristelle Bolmio et les sculpteurs Elair et Jean-Pierre Renard. Et Josy, bien sûr, qui présentera des toiles de grand format, comme toujours, aux couleurs percutantes, au rythme musical parfois wagnérien. «Et puis il y a l’Artothèque» explique Josy, dont le projet tient à cœur depuis de nombreuses années. Pouvoir offrir un large choix d’œuvres, en location, pour garnir des murs, un bureau, un espace public, temporairement, pour des institutionnels ou des privés, tout est possible.

Les artistes qui adhèrent à ce concept peuvent ainsi se faire connaître. Et au moins, les œuvres ne restent pas en sommeil dans un coin de l’atelier. Tout le monde est gagnant. La mise en place de l’artothèque est récente.  On peut retrouver toutes les informations relatives aux artistes sur le site www.artistes-vendomois.org

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Culture… apprendre, lire, relire, regarder et travailler

 Et si l’Apocalypsis cum figuris, d’Albrecht Dürer, était le premier livre d’artiste de l’histoire ?   «Très jeune, mes parents

«Rêves urbains»

 Quand l’ art urbain investit les villes Du 10 avril au 5 mai, la cinquième édition du festival d’arts urbains

Forte de ses 20 ans, La Fondation du Patrimoine déborde d’idées et de punch

 D’un château au dindon de Sologne, en passant par un lavoir ou une église, l’inventaire est sans limites… Quelles différences

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X