Menu

Fin de la première tranche

Fin de la première tranche

L’ancien quartier militaire Rochambeau retrouve toutes ses places de parking en ce début novembre suite à la fin de la première phase initiale de fouilles archéologiques. La deuxième tranche qui sera sondée devant le bâtiment Régence se déroulera au printemps.
L’heure est maintenant au rapport des éléments trouvés lors de cette première fouille, qui est sans véritable surprise selon Philippe Blanchard de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).

Les bâtiments militaires à l’est du site, petit et grand manèges, ont été construits au-dessus de remblais apportés massivement sur des prés inondés régulièrement par les bras du Loir passant à proximité.

«Cela confirme la thèse de Gaël Simon qui indiquait déjà dans ses recherches débutées en 2007, que des prés étaient présents aux XI et XIIe siècle. Les sondages ont effectivement démontré que rien n’avait été construit au-delà du périmètre de l’abbaye et de ses jardins potagers, entourés des anciennes enceintes de la ville.» nous explique Philippe Blanchard.

Ces remblais apportés à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles ont permis d’assainir les marécages et d’étendre la surface construite pour en faire ce quartier militaire.

Mais, lorsque l’on se rapproche des bâtiments Régence, on a plutôt des remblais de destructions des anciennes dépendances de l’abbaye.

«On a retrouvé en fait peu de pierres car elles ont été réutilisées pour construire le quartier militaire. C’était une économie de matériaux» poursuit il.

Pas de sondage au-delà de 2,80 à 3m car la nappe remonte très vite, le niveau du Loir ne permettant pas de creuser davantage. La découverte d’un puits aurait pu servir de dépotoire selon les archéologues de l’INRAP qui ont pu y déceler de nombreux os de porcs, vaches et moutons ainsi que des tessons de céramique.

«En archéologie, la terre cuite est extrêmement importante car c’est grâce à elle que l’on peut dater les époques, médiévale ou moderne*».

Quelques monnaies en cuivre datant des XVIIe et XVIIIe siècles et des jetons de Nuremberg (petites pièces rondes servant prioritairement pour faire les comptes mais probablement aussi pour le jeu) ont été trouvées. Une rare pièce bulle papale de Lucius II, pape qui règnera seulement une année de 1144 à 1145, sortit également des fouilles mais dans les couches du sol du XVIIIe siècle et non médiévales !

Les tranchées rebouchées, le sol a pu ainsi livrer un peu de notre histoire locale. Un autre diagnostic est prévu début 2016 dans le quartier de l’ancien cinéma Faubourg Chartrain qui pourra lui aussi dévoiler quelques secrets enfouis. Pour le quartier Rochambeau, la suite se fera à la mi-mars pour les sondages archéologiques plus près du centre ville.

*Pour les archéologues, l’époque dîte moderne se situe de 1492 à 1791.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

François de L’Eprevier nous a quittés

 Il y a 48 ans en mars dernier, Résurgence voyait le jour…La conviction de la valeur humaine du patrimoine qu’elle

Des trésors insoupçonnés

 Samedi 15 septembre, Philippe Rouillac, et le curé Pierre Cabarat, prêtre au quartier des Rottes, sortiront des placards une partie

Marianne comme un symbole

 Cette exposition est l’aboutissement d’un travail pédagogique qui a débuté juste après les assises de l’Education nationale, organisées conjointement avec

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X