Histoires localesArts et culture

Rencontre avec Poumi Lescaut. Art, spiritualité, thérapie

photo p. lescaut Au Plessis-Dorin, le Domaine de Boisvinet abrite une âme vouée à la danse, à la guérison et à l’écoute. Depuis l’adolescence, Poumi Lescaut a fait de la pratique de son art une ligne de conduite, pour l’ensemble de sa vie. Ascèse, discipline, conscience. Et transmission.

 

Poumi, c’est d’abord une enfance heureuse. Des parents aimants lui transmettent l’humour, arme absolue pour dépasser les obstacles. Une mère musicienne, tendre et éclairée. Un père bienveillant malgré les blessures de deux guerres… Puis, à l’âge de seize ans, c’est l’accident. Grave. En état de choc, l’adolescente ne veut plus sortir de chez elle.

 

Travail sur soi & cheminement spirituel

C’est dans ce contexte que la danse entre dans sa vie. Et devient le moteur qui la fait repartir. Pour de bon. “Je fais tout comme une danseuse. Y compris écrire, soigner ou chanter, confie Poumi Lescaut. Tout est imprégné de cette énergie là, de cette ascèse. C’est tout un travail sur soi et un cheminement spirituel. Sans religiosité. Mais spirituel.” Multidisciplinaire, parallèlement à la danse, la jeune femme développera de nombreuses pratiques, tout au long de son parcours. Kundalini yoga, chant, cithare, peinture et écriture, font désormais partie de ses acquis. Une formation en psychologie parachève le dessein de son existence.

 

Dansez!

Un trajet jonché d’expériences. Enrichi de rencontres, (Béjart ou Mère Teresa entre autres), et initiations auprès des plus grands maîtres, quelle que soit la discipline. En France comme en Inde, où Poumi se rend régulièrement depuis 1977. Sa carrière de danseuse lui a d’ailleurs proféré une jolie notoriété dans le pays de Gandhi. Dès le début, elle réalise l’impact d’une pratique physique en pleine conscience. “Toute ma vie commence par la danse. J’ai appréhendé la création comme un outil de guérison psychologique”. Ainsi, la jeune femme mènera de concert une activité de danseuse et son rôle de thérapeute. “En fait, je relie trois pôles : art, spiritualité, et thérapie”. Devenu une sorte de bréviaire en la matière, son livre “Dansez” retrace cinquante ans d’expériences et recherches sur le sujet.

 

Etre à l’écoute

Formée très jeune à la Sorbonne en énergétique humaine par un professeur d’ésotérisme comparé, Poumi dispense des thérapies avec une éthique sans faille. “L’idée, ce n’est pas de se projeter sur l’autre, mais d’être à l’écoute de ce dont il a besoin, et de le lui donner. Si tu peux supporter l’insupportable, tu grandis, ajoute t’elle en citant l’écrivain Yvan Amar. Il est question de sortir du rôle de victime pour devenir disciple. Non pas de quelqu’un, mais d’une situation. C’est aussi ça, qu’il y a dans mes stages. En résumé, c’est aiguiser sa conscience. Mais ça passe par le corps. Tout passe par le corps… Parmi les choses importantes à faire, nettoyer sa vie. C’est à dire de ne pas voir des gens avec lesquels on n’a rien à faire, ou baigner dans des situations polluantes.” www.poumi.com // 06 26 98 56 42

 

Sylka Sauvion

Le Petit Vendômois

Mensuel gratuit depuis 32 ans, tiré à 28 000 exemplaires, le Petit Vendômois se veut proche de ses lecteurs, familier et convivial, sérieux sans se prendre au sérieux, ambitieux sans prétention…à l’image du Vendômois. Dans ses colonnes, on y trouve le Vendômois de toujours: celui d’hier, celui d’aujourd’hui, celui de demain (agenda, spectacles, concerts, expositions, fêtes et manifestations diverses, informations, échos, histoires et curiosités).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X