Menu

Ronsard au paradis vendômois de ses amis… les bêtes

Ronsard au paradis vendômois de ses amis… les bêtes

Bien audacieux, voire imprudents, ceux qui ont fait un portrait définitif et univoque de Ronsard.

 

RonsardCertains ont voulu le réduire au statut de poète «mignonnet», auteur de poèmes à «l’eau de rose». Gageons qu’ils ont été pris d’effroi lorsqu’ils se sont hasardés «de par les près mignards et frétillards». D’autres lui reprochèrent d’être un courtisan servile oubliant sans doute ses «Remontrances» à la reine, aux rois, aux grands et aux prélats dans lesquelles il dénonçait leurs responsabilités dans les «Misères de ce temps».

 

Ont-ils entendu ce cri du cœur de Ronsard? «Je hais la Cour comme la mort».

 

Ce fut assurément en Vendômois, en parcourant sa campagne, sa forêt de Gâtines, les bords du Loir et ses prairies que Ronsard reprenait goût à la vie parmi ses amies… les «bêtes». Il rêvait de partager avec elles, pour l’éternité, son paradis terrestre, au prix d’une philosophie très étonnante de la part d’un homme d’Eglise.

 

C’est cette facette évoquée dans le Bestiaire de Monsieur de Ronsard qu’il s’agira de présenter, d’approfondir, d’illustrer afin de contribuer à construire un «Ronsard nouvelet».

 

Samedi 7 avril, 16h, conférence: «Ronsard au paradis de ses amies… les bêtes», par Jacques-Henri Rousseau, qui dédicacera à cette occasion son dernier ouvrage sur Ronsard traitant de ce thème. A la salle de Porte Saint-Georges, organisée par la Société Archéologique Scientifique et Littéraire du Vendômois. Entrée libre. Rens: 09 73 58 84 64.
Une mini exposition présentera également les originaux ayant servi à l’illustration de l’ouvrage (paru aux Ed. du Cherche-Lune).

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

«Maisons en bois et autres boîtes»

 Cette exposition d’ Andrès Bustamante est présentée dans l’ancienne salle de garde au château des Radrets à Sargé-sur-Braye en septembre

Sa spécialité, les animaux

 Vanessa Varnier aime peindre des animaux, familiers ou exotiques mais peindre leur expression est devenue sa passion. Un amour inconditionnel

Culture… apprendre, lire, relire, regarder et travailler

 Et si l’Apocalypsis cum figuris, d’Albrecht Dürer, était le premier livre d’artiste de l’histoire ?   «Très jeune, mes parents

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X