Menu

Du biogaz 100% vendômois

Du biogaz 100% vendômois

La SAS Méthabraye à Savigny-sur-Braye vient d’être inaugurée. Elle fournit un gaz produit uniquement à base de matières organiques, une méthanisation agricole en solution gaz portée jusqu’au réseau de distribution de gaz naturel, une première en France.

 

Même si ce site à Savigny-sur-Braye fonctionne depuis avril, c’est en novembre que Méthabraye a accueilli pour l’inauguration les élus, les partenaires du projet ainsi que la sous-préfète de l’arrondissement, Léa Poplin, en poste depuis août. Cette unité, unique en France produit du gaz vert dont 86% sont issus d’effluents d’élevage (fumier, lisier) et 14% de ressources végétales (déchets végétaux, ensilage) provenant de 17 exploitations agricoles représentées par 34 éleveurs pour une production à terme de 12 Gw/an. «Ce site de méthanisation agricole en injection est l’aboutissement de six ans de travail et de développement d’une solution innovante, le premier site en injection du département et le premier site en France en solution gaz porté» souligne lors de l’inauguration, Delphine Descamps, éleveuse et Présidente de la SAS Méthabraye.

 

Méthabraye

 

«Une énergie propre»

En effet, ce gaz vert en liquéfaction remplit une navette cryogénique qui, deux fois par semaine, est réinjecté dans le réseau de distribution de gaz naturel à Naveil sur un deuxième site. «Le biométhane en milieu agricole est un triple atout pour l’environnement. Répondre aux exigences des Directives Européennes, renforcer l’indépendance énergétique de la France et réduire les émissions de gaz à effet de serre car les déchets organiques produisent naturellement du méthane en se dégradant et la collecte et le traitement se transforment en énergie propre» poursuit la Présidente.

 

Un atout énergétique pour les collectivités et l’agriculture également car sa production se situe obligatoirement à proximité du gisement des matières organiques et ainsi donne aux territoires un levier supplémentaire pour la pérennité de l’agriculture locale, l’agriculteur et l’éleveur devenant acteurs énergétiques. Le projet final des 17 exploitations c’est plus de 30 000 tonnes de substrats et sa production représente la consommation annuelle en gaz naturel de 1 000 logements, ce qui est loin d’être négligeable, un atout supplémentaire que d’être un département rural.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Bruno GANIVET prend soin de vos pieds…

 Diplômé de l’école des cuirs et peaux à Paris et de l’école d’orthopédie à Marseille, Bruno Ganivet prend sa 1ère

Lignières célèbre son patrimoine

 Ce dimanche 17 juin sera pour Lignières une journée chargée mais surtout hautement symbolique.   Evoquons tout d’abord l’emploi du

La coordination rurale engagée dans la sauvegarde de l’agriculture

 La Coordination rurale de Loir-et-Cher (CR 41), forte de 89 adhérents dans notre département, avec deux élus à la Chambre

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X