Regard posé en VendômoisÉconomie et société

Englishmen in Montoire

Au camping de Montoire, la saison est lancée. Un joyeux mélange de Français, d’étrangers, de pêcheurs, de retraités, se croise sous la frondaison, au bord du Loir, et surtout dans le calme. Visite guidée.

«Nous sommes agréablement surpris par le calme et la propreté du site», s’amuse Ian Soady, dans un français plus qu’honorable, informaticien anglais dans le secteur de la santé, aujourd’hui à la retraite. «Et surtout, la rivière, le marché, les boulangeries de Montoire…», appuie Elektra, son épouse. Les deux septuagénaires, venus de la région de Birmingham, passeront deux semaines au camping en total «relaxing». Pas envie de bouger, juste profiter du calme, de la nature et des spécificités hexagonales. Posés sur leur chaise longue, un cubi de rouge à portée de main, c’est la première fois qu’ils débarquent à Montoire. «Nous avons déniché le camping sur Internet et nous l’avons trouvé très joli», explique Ian.

Pour Dominique Durand, premier adjoint délégué à la vie associative, c’est effectivement un point fort du site : «Nous nous attachons particulièrement à la maintenance, à l’entretien, à l’élagage, à la rénovation, aux extérieurs, en lien avec les services municipaux. Il en va de l’image du camping et du confort des résidents. Cela permet aussi de fidéliser notre clientèle, car certains qui font étape sont susceptibles de réserver sur la route du retour.»

«Je travaille pour ma ville»

Pour preuve, les compositions florales qui essaiment, les sanitaires refaits à neufs, et leur apaisante couleur pastel, les pelouses impeccablement tondues, l’accueil avec sa bibliothèque fournie, ses confortables canapés, et l’indispensable documentation touristique pour susciter l’envie de sortir de sa caravane «Trôo, Couture, Lavardin sont des incontournables de la région à proximité immédiate. Nous orientons aussi nos visiteurs sur Histo’rius, en constituant des groupes, afin de découvrir le W3 de Saint-Rimay ou la gare historique de Montoire, récemment rouverte», détaille l’adjoint au maire.

Côté accueil, deux jeunes Montoiriens se chargent de faciliter le quotidien des campeurs. Thomas et Noah, l’un à temps complet, l’autre en partiel, se répartissent les tâches. Et le travail ne manque pas : gestion des arrivées tardives, astreintes à titre préventif, ménage, entretien des pelouses, standard téléphonique, gestion des réservations… «Cela demeure très agréable. Les clients sont plutôt calmes, je travaille en plein air, dans un cadre naturel, et qui plus est pour ma ville», explique Thomas, tout sourire, en toute convivialité.

Musikenfête et food-trucks

Et, comme chaque année, Musikenfête va drainer son lot de festivaliers vers le site. «Nous espérons pouvoir proposer, comme à l’habitude, une animation musicale au cœur du camping dans le cadre du festival», poursuit Dominique Durand, il souhaite à terme mettre en place un permanent au sein du camping. Autre nouveauté en ligne de mire : le passage de food-trucks afin de proposer aux campeurs une diversité de restauration au pied de la tente. Des discussions avec une restauratrice thaïlandaise sont en cours.

Sans fioritures ni bling-bling, basé sur les fondamentaux du camping, avec la piscine à deux pas offerte chaque jour, la passerelle qui permet d’accéder en quelques minutes au centre-ville, cette nature somptueuse et ce calme olympien, et si c’était ça le vrai luxe ?

www.mairie-montoire.fr/culture-et-tourisme/camping-municipal

Le Petit Vendômois

Mensuel gratuit depuis 32 ans, tiré à 28 000 exemplaires, le Petit Vendômois se veut proche de ses lecteurs, familier et convivial, sérieux sans se prendre au sérieux, ambitieux sans prétention…à l’image du Vendômois. Dans ses colonnes, on y trouve le Vendômois de toujours: celui d’hier, celui d’aujourd’hui, celui de demain (agenda, spectacles, concerts, expositions, fêtes et manifestations diverses, informations, échos, histoires et curiosités).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X