Économie et sociétéSanté et socialAssociations

Le Foyer Arc-en-Ciel et son side-bike unique

Ce projet innovant d’un side-bike créé sur plus d’une année sortait au grand jour en cet après-midi froid de février au Foyer Arc-en-Ciel à Cormenon, fruit d’une collaboration avec Pierre Glottin, créateur de vélos depuis 4 ans à Mondoubleau.

 

On pouvait voir les sourires, la joie pour ce side-bike, prototype unique pour partager la gaîté de rouler sur la route pour tous les résidents. «C’est une sensation extraordinaire, de faire du vélo pour toutes les personnes à mobilité réduite et l’un à côté de l’autre pour discuter et partager. L’idée principale était d’apporter une solution de mobilité interne, de pouvoir faire profiter aux résidents de l’ESAT ou même de l’EHPAD bientôt, à tous ces gens qui ont cessé de faire du vélo» détaillait Loïc Tygat, directeur de l’Association pour personnes handicapées du Perche (Aphp). Un groupe de résidents du Foyer Arc-en-Ciel, encadré par Vivien et Pascal a donc participé en consacrant le vendredi après-midi à la conception de ce véhicule électrifié dans les ateliers du créateur Pierre Glottin. «Nous avons étudié plusieurs modèles. Type cargo avec un siège devant, type caravelle avec une plate-forme à l’arrière mais c’est effectivement la forme side, l’un à côté de l’autre, qui nous a sside bike a mondoubleau1éduits le plus» expose le fabricant de vélos.

 

A partir d’un vélo électrique acheté neuf, ce groupe de créateurs a pu se mettre à l’œuvre d’après les dessins de Pierre. Cintrer les tubes, assembler, peindre, monter, poncer, limer, l’utilisation de différents outillages et machines d’usinage au sein de l’atelier de Pierre a permis à chacun de s’expérimenter à de nouvelles techniques, différentes de leur travail. Des normes à respecter bien sûr comme pour le freinage bien plus conséquent car la structure en elle-même avec un fauteuil roulant alourdit l’ensemble. «Ces normes nous ont fait partir sur un vélo électrique pour déjà donner de l’inertie à l’ensemble. Le travail effectué ne concernait que la partie side qui vient se fixer sur le cadre du vélo, tout en adaptant l’ensemble» poursuit Claude Métais président de l’association Aphp. Il a même fallu limiter la vitesse du vélo pour descendre en dessous des 26km/h. «Cela reste de la promenade, le but c’est que les gens arrivent à destination sans accident» s’amuse Loïc Tygat. Avec le printemps qui s’annonce, ce side-bike va profiter à tous pour le plus grand bonheur… de tous.

Alexandre Fleury

Il est partout ! Assemblées générales, événements sportifs et culturels, reportages, interviews, portraits… à lui seul, il rédige la moitié des articles du journal. C’est la figure tutélaire de la rédaction et il répond toujours avec le sourire aux très nombreuses sollicitations. Une valeur sûre, qui écume le Vendômois par monts et par vaux et connaît le territoire par cœur.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X