Économie et sociétéAssociations

Pas de chômage à Horizons Sahel

horizons sahel 1Une occasion (rare) de célébrer, ensemble, un nouveau départ. Celui d’un container pour le Sénégal. Et, pour le remplir, il faut de multiples paires de bras !

 

Malgré le contexte sanitaire, l’augmentation des prix du transport… l’œuvre d’Horizons Sahel ne ralentit pas. Le premier container, de 73 m³, a été vite rempli avec la dotation de quelque quarante lits médicalisés destinés à l’hôpital principal de Dakar. Des lits utilisés uniquement dans des salons de présentation de matériels médicaux. Masques et perfuseurs sont venus compléter le chargement.

 

La semaine suivante, c’est carrément une ambulance, entièrement révisée et opérationnelle, qui a pris la direction du Sénégal pour équiper Le Coud (centre des œuvres universitaires de Dakar). Ce dernier établissement, récemment construit, mobilise les énergies car ce ne sont pas moins de dix containers qui seront nécessaires à son équipement. «Nous envoyons cinq cabinets dentaires complets et mis sous film, directement opérationnels dès leur arrivée», précise le président, Daniel Millière. Un autre envoi composé de lits de réanimation… pas de temps mort.
«Comme les autres, nous avons rencontré des problèmes de transports avec des annulations et, surtout, de lourdes augmentations de prix puisque nous sommes passés, en quelques mois, de 1.500 € à 4.000 € par container. Mais, cela ne doit pas arrêter notre engagement qui est double : assurer ici le recyclage de matériels sortis du circuit pour diverses raisons et doter le Sénégal d’équipements de santé opérationnels et fonctionnels».

 

Et, l’association sait y faire en ayant construit un véritable réseau d’entreprises mécènes. Des partenariats efficaces qui vont jusqu’à des stages de formation pour des jeunes au cours des sessions d’été… Il faut dire que la phase de révision de chaque matériel est essentielle. «Pour l’aspect financier, il faut aussi rappeler que les structures sénégalaises bénéficiaires contribuent au financement du transport. De notre côté, lorsque des bénévoles vont sur place car l’installation nécessite leur présence, chacun finance son transport. C’est à ce prix que nous assurons aussi l’avenir d’Horizons Sahel et de ses actions».

 

C. Fontaine

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X