Économie et sociétéSanté et social

Quand cuisiner devient une thérapie

atelier cuisine Tout comme la musique, la cuisine peut alléger certaines souffrances et devient ainsi thérapie. De plus en plus, des ateliers cuisine sont proposés dans certains hôpitaux ou structures pour personnes âgées. Son but : développer et soutenir l’autonomie, la socialisation, ou encore accompagner un traitement contre les addictions ou les maladies neurodégénératives.

 

Toucher les ingrédients, les associer selon ses envies, éveiller ses sens… Des manières simples et amusantes de réfléchir à ses sensations, à ses pratiques culinaires. La cuisine permet alors de redécouvrir des pans de sa personnalité, et sa façon de fonctionner avec autrui. Pour les personnes âgées, il s’agit d’une activité très intéressante sur le plan du bien-être.

 

La cuisine thérapie comporte de nombreux bienfaits aussi bien au niveau relationnel que corporel. Plus accessible pour un débutant que d’autres activités artistiques (comme l’art-thérapie, le théâtre ou la peinture), la cuisine thérapeutique s’avère être une bonne alternative pour améliorer les conditions de vie des seniors.
Les ateliers de cuisine thérapie sont animés par des médecins, psychomotriciens et diététiciens. Ils se destinent principalement aux seniors isolés, aux personnes à mobilité réduite ou souffrant de troubles mentaux. Avec la thérapie par la cuisine, l’habileté et les capacités de préhension sont stimulées, améliorant la motricité des personnes fragilisées.

 

Cette activité, bénéfique pour se réapproprier les gestes du quotidien, sollicite les 5 sens. On pense d’abord au goût, mis à contribution tout au long de la préparation, mais aussi les odeurs, les couleurs, les textures, les formes… Autant de sensations à redécouvrir, afin d’apprécier davantage les saveurs à la dégustation du plat. La concentration et l’organisation sont également mises à contribution, tout comme les capacités cognitives : manier les ustensiles, calculer les proportions, gérer les temps de cuisson…

 

Sur le plan nutritionnel, la cuisine thérapeutique associe le besoin d’avoir une alimentation saine, au plaisir des sens. Enfin, au niveau relationnel, l’activité encourage à partager et créer un sentiment d’appartenance au groupe.
En tant qu’activité conviviale, la cuisine favorise le bien-être et incite aux échanges, aux partages de conseils, et génère d’agréables souvenirs.

 

Source : https://institut.amelis-services.com/sante/nutrition

Le Petit Vendômois

Mensuel gratuit depuis 32 ans, tiré à 28 000 exemplaires, le Petit Vendômois se veut proche de ses lecteurs, familier et convivial, sérieux sans se prendre au sérieux, ambitieux sans prétention…à l’image du Vendômois. Dans ses colonnes, on y trouve le Vendômois de toujours: celui d’hier, celui d’aujourd’hui, celui de demain (agenda, spectacles, concerts, expositions, fêtes et manifestations diverses, informations, échos, histoires et curiosités).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X