Menu

GILBERT GUIMONT (1927 – 2016), hardi défenseur du patrimoine vendômois

GILBERT GUIMONT (1927 – 2016), hardi défenseur du patrimoine vendômois

Il est bon de rendre hommage à l’ami Gilbert en faisant mémoire de son engagement en faveur du patrimoine vendômois.

Après une carrière professionnelle bien remplie comme dirigeant chez Kodak France, Gilbert, pour sa retraite revient à Vendôme où il avait grandi et fréquenté l’illustre lycée Ronsard. Gilbert Guimont entre dans la vie associative comme on entre en religion ! Membre assidu de Résurgence comme de  la Société archéologique, compagnon de route de Perche Nature – Gilbert, François de l’Éprevier, Paul Dujardin, et moi-même formions un quadrige infernal. Rejoints par Noël Gauthier, Michel Paris et André Fleury, notre équipe constituait le fer de lance de la «Défense et de l’Illustration du quartier Rochambeau» et précisément de son grand manège.

Gilbert a participé très activement à nombre de réunions, de sensibilisation de l’opinion publique, d’expositions, de prises de paroles, de constitution de dossier de sauvegarde, de commissions municipales, de distributions de tracts, de lettres ouvertes dans la presse, de récoltes de signatures, de rencontres au ministère de la culture et en sous-préfecture… Comme président de la société archéologique du Vendômois, je savais pouvoir compter sur lui pour battre le fer, il fut comme mon second couteau pour s’opposer à ces funestes projets municipaux de démolition.

De grande stature il arborait toujours un large sourire mais la prunelle devenait sombre et pouvait être dure comme sa repartie quand il marquait son opposition, et prenait nos interlocuteurs en défaut. Gilbert fut un négociateur redoutable, et redouté, imparable. Prenant inlassablement des notes – et  de sa vaste maison de la rue des Béguines le long du Loir, déjà célèbre par d’autres occupants qui ont marqué l’histoire de la cité – Gilbert nous adressait des courriers de synthèse le plus souvent de sa fine écriture penchée au crayon de papier, tout en soulignant les points principaux.

Ainsi à force de rage, d’opiniâtreté et de patience, jusqu’à un procès intenté à la municipalité Chanet, et plus de 10 ans de luttes : le manège et les écuries furent inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, et ainsi sauvés ! Le quartier Rochambeau pouvait connaître un nouvel essor dans le respect de son histoire et la sauvegarde de ses principaux monuments.

Comme Gilbert Guimont nous fut précieux ensuite pour remettre Ronsard sur son socle : retrouver la statue monumentale du poète en plâtre dans les souterrains du  château de Blois et en faire réaliser une épreuve en bronze, pour la replacer devant la Bibliothèque, là où l’occupant allemand l’avait déboulonnée pour l’envoyer à la fonte. Toujours autour de François de l’Éprevier, avec Claude Guignard et Paul Couvrat -son condisciple de jeunesse au lycée Ronsard, trop tôt disparu- nous avions constitué une association « Ronsard de retour » pour récolter des fonds faisant appel à la générosité des Vendômois comme à celle des entreprises.

Nous fûmes bien aidés par un certain jeune assistant parlementaire de Maurice Leroy, Pascal Brindeau qui nous décrocha la réserve parlementaire indispensable à ce projet jugé fou d’embellissement de la Ville. Cette réalisation importante ne coûta rien à la commune, qui avait considéré le dossier non prioritaire. Avec panache et ténacité, avec Gilbert Guimont nous le menâmes à bien.

Fatigué il ne pût assister au dévoilement officiel de la statue mais le soir je lui apportais un plateau de petits fours de l’inauguration : ses yeux plissaient de malice, de sentiment du devoir accompli pour sa Ville.
Merci Gilbert ! Tu rejoins désormais ton grand ami Paul Dujardin. Serviteur de la Ville,  ne cherchant ni honneur ni présidence ni responsabilité ou récompense officielle, tu as servi, et bien mérité discrètement mais efficacement de Vendôme.
Dors en Paix Gilbert !

Philippe ROUILLAC
Vendôme, église de la Madeleine, 21 octobre 2016


À lire également

Quand le site de Thales ouvre ses portes

Le site de Thales bien connu des vendômois dans la Zone Industrielle Nord de Vendôme a organisé pour les familles

Nyne reçoit dans son atelier

Presque deux ans maintenant que Nyne, peintre sur meubles et décor, s’est installée à Villiers, sur la route du Gué-du-Loir,

Vendôme La fête de la Triennale

Samedi 11 juillet – A partir de 19h, Manège de Rochambeau Performances – Concert – Mix Musique – Vjing –

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

X