Menu

Exercice en situation réelle

Exercice en situation réelle

En novembre, la compagnie de la Gendarmerie du secteur de Vendôme finissait une instruction sur des interventions dans des lieux accueillant du public. En présence d’André Pierre-Louis, sous préfet de Vendôme, l’exercice en condition réelle avait lieu à Montoire sur Loir.

Suite à l’état d’urgence, les différentes forces de sécurité que ce soit la police ou la gendarmerie ont mis en œuvre différents plans d’interventions appelés «Des tueries planifiées» qui peuvent se dérouler, hélas, dans n’importe quel établissement, scolaire comme commerciales.

«Aujourd’hui nous travaillons des exercices d’entrainement au plus près du terrain, sur l’engagement des primo-engagés c’est-à-dire la patrouille de deux gendarmes classiques qui arriveraient les premiers sur le lieu d’une fusillade suite à un appel» explique Grégoire Méchin, Capitaine de la Compagnie du Nord du Loir-et-Cher.

Depuis septembre, tous les gendarmes de toutes les brigades vendômoises se sont exercés. D’abord par des cours théoriques puis pratiques.

«A titre gracieux, nous avons signé avec le propriétaire du magasin Monsieur Bricolage de Montoire-sur-Loir, le prêt de l’ancien magasin pour nous exercer en milieu, exercice réaliste au milieu d’une grande surface» souligne le Capitaine.

Sur le secteur vendômois, Aurélien Péglion, gendarme de la compagnie, est le Moniteur d’Instruction Professionnelle formé à St Astier en Dordogne, au Centre d’Entrainement des Forces de la Gendarmerie.

«L’exercice commence par une partie théorique où l’on révise les techniques de progression et une façon de communiquer entre les deux gendarmes. Puis une partie pratique dans le magasin avec des mannequins et cibles à l’aide d’armes factices, réplique de notre arme de service tirant des balles de caoutchouc» explique l’instructeur.

Le but de cet exercice est bien de voir si les premiers gendarmes engagés sur la fusillade sont en capacité d’analyser la situation et de s’engager dans l’affrontement.

«Fixer l’adversaire et les terroristes sur le lieu en attendant les renforts et les forces spéciales comme le GIGN, le RAID ou la BRI» reprend le Capitaine.

Depuis les attentats de 2015, la donne a changé. Chaque patrouille doit pouvoir réagir maintenant dans les premières minutes et ainsi protéger la population dans des lieux publics avec des exercices en condition réelle d’intervention, répétés régulièrement pour devenir un réflexe.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Souligner les valeurs de la République

 A l’heure où à la fin décembre, l’Arbre de la Laïcité, parc Ronsard à Vendôme, a été scié, les valeurs

CENTRAIDER

 Le nouveau bulletin n°36, à télécharger sur le site centraider.org  vient de paraitre et a été mis en page dans

Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air

 Les 2 et 3 septembre, au Festival international de l’ULM au Breuil, l’Association française des femmes pilotes sera présente pour

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

MENU
X