Menu

Qui veut sauver le moulin de Lory ?

Qui veut sauver le moulin de Lory ?

A la sortie du village d’Oucques, sur la route de Châteaudun, on aperçoit sur la gauche ses grandes ailes. Le dernier des six moulins que comptait la commune, restauré dans les années 1980, aurait besoin aujourd’hui d’une petite restauration sous peine de gros travaux à venir.

 

L’histoire du moulin de Lory est liée à la famille Levieuge depuis 1833. Il cesse toute activité en 1923, la mécanisation ayant entrainé la fin de l’exploitation. Après de longues années où le vent et la tempête ont eu raison de sa solidité, en 1979, l’association de restauration du moulin de Lory est née sous l’impulsion de Raymond Couet, secrétaire de la mairie d’Oucques. Un projet de sauvegarde, avec des fonds régionaux, départementaux et communaux dans les années 1980, permettra une restauration achevée en 1990. Seuls quelques aménagements restaient à faire. Près de 27 ans plus tard, le moulin a donc besoin à nouveau de quelques travaux.

 

Même si la commune en est propriétaire depuis le 21 avril 1992, André Levieuge, fils, petit-fils, arrière-petit-fils, arrière-arrière-petit-fils de meunier, et président depuis 1985 de l’association en sommeil de restauration du moulin, a repris le flambeau pour que ce symbole fort d’Oucques, puisse survivre encore de longues années. «Le conseil d’administration de l’association en avait fait don à la commune, mais depuis elle ne s’en occupe plus. Le moulin se dégrade, il va falloir refaire des travaux et j’ai donc décidé de réveiller l’association en essayant de reformer un bureau. J’en appelle donc aux bonnes volontés», se désole André. Sur la route, les nombreux touristes s’arrêtent sur le parking face au moulin pour l’admirer. Le vestige d’un temps où la Beauce avait beaucoup de moulins, beaucoup plus que d’éoliennes actuellement !

Contact : 02 54 23 28 78

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Yves Le Breton est parti dans les Côtes-d’Armor

 Yves Le Breton, préfet de Loir-et-Cher, depuis le 1er septembre 2014, a pris ses fonctions dans le département des Côtes-d’Armor,

Il était une fois un studio

 Tous professionnels aguerris, ils mettent au service du territoire leur talent, leur expérience, leur temps, leur pédagogie pour proposer des

Mieux vaut prévenir que guérir

 Vendômois d’adoption, le Dr Jacques Waynberg, praticien à l’hôpital de Vendôme, président de l’Institut de sexologie, ancien expert à l’Organisation

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

MENU
X