Sorties et loisirsMusique et concerts

La chanteuse Hélène Maurice cultive l’essentiel

helene chanson Façonnée d’amitié et de générosité, l’artiste de Montrouveau invite le public ami à soutenir le monde de la culture qu vient de passer deux années « sans ». Elle est très partageuse.

 

Pour Ugolin de Manon des sources, c’était «de l’authentique» (avé l’assent), pour Hélène Maurice, c’est «de l’essentiel». La chanteuse arrivée du Québec en France il y a si longtemps déjà vit à Montrouveau depuis plus de vingt ans. Elle a soutenu tout l’été les «Paniers artistiques et solidaires» du dispositif de la région centre qui porte ce joli nom de «Cultivons l’essentiel». Pour elle, une évidence : les sommes récoltées vont au fonds de soutien et de création des artistes, pour les aider à se relever de la crise.

Dans sa ferme des Brenauderies entre bois et champs, avec son compagnon Daniel, Hélène accueille régulièrement des spectateurs venus de 30 ou 40 kilomètres à la ronde. Un public fait d’amis (ou qui le deviendront), enchanté de se retrouver au milieu de cultures permacoles et d’animaux parfois exotiques – des lamas et un émeu font partie des pensionnaires. On vient ici sur invitation dès lors qu’on se fait connaître et le verger où se donnent les artistes prend vite des allures de guinguette, pourtant loin du Loir !

Pour la chanteuse à qui la vie n’a pas fait de cadeaux, l’amitié est une source et les artistes ses affluents. A Montrouveau, on croise aussi bien un virtuose du Musée de la magie de Blois qu’une bande de musiciens tourangeaux. En prélude, l’amie lectrice vient parfois livrer de belles phrases dans l’air d’une fin de journée… Le public-ami est sous le charme.

 

Le hangar à chansonshelene lecture

L’invitant cet été au déconfinement culturel, Hélène revivait elle-même, après tous ces mois d’oubli de l’essentiel. « C’était une grande souffrance de ne plus pouvoir chanter devant les autres, de ne plus partager les mots et la musique » avait-elle expliqué après-coup. Ses retrouvailles avec «des gens sans masque, en plein air» lui ont redonné le goût de la fête et du partage. Il était temps !

Pour les temps futurs où – chacun l’espère – la culture redeviendra libre, Daniel a transformé le hangar de la ferme en salle de spectacle. On s’y tiendra au chaud pour entendre les mots et la musique qu’elle aime. Julos Beaucarne, Félix Leclerc, Léo Ferré sont à son répertoire ainsi que Gaston Couté, poète de Beaugency, une sorte de François Villon du début du XXe siècle ! Hélène Maurice a la voix assez haute, forte et douce à la fois, juste ce qu’il faut de gouaille pour servir au mieux les textes de son répertoire. Loin d’être spécifiquement québecois, celui-ci traduit l’amour d’une francophone à sa langue maternelle et à cet heureux mariage de la musique et des mots.

Si vous répondez un jour à son invitation, pensez à apporter un plat ou une bouteille à partager. Car ici, le repas d’échanges, si convivial, fait partie de l’essentiel !

Félix Leclerc aurait sans doute aimé ramasser ici son «petit bonheur».

Hervé Vaupuy

Le Petit Vendômois

Mensuel gratuit depuis 32 ans, tiré à 28 000 exemplaires, le Petit Vendômois se veut proche de ses lecteurs, familier et convivial, sérieux sans se prendre au sérieux, ambitieux sans prétention…à l’image du Vendômois. Dans ses colonnes, on y trouve le Vendômois de toujours: celui d’hier, celui d’aujourd’hui, celui de demain (agenda, spectacles, concerts, expositions, fêtes et manifestations diverses, informations, échos, histoires et curiosités).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
X
X