Menu

Chronique de Camille, décembre 2016 : Biomimétisme, quand la nature inspire la science

Chronique de Camille, décembre 2016 : Biomimétisme, quand la nature inspire la science

«Saviez-vous que le velcro est le résultat de l’observation d’une plante «accrocheuse», la Bardane ?
Saviez-vous que la première montre-réveil est inspirée du grillon ?
Saviez-vous que la coquille St Jacques est à l’origine de l’invention de la tôle ondulée ?
Saviez-vous que les yeux anti-reflets des mouches ont permis la création de panneaux photovoltaïques ?»

Avec sa première de couverture élégante, son graphisme raffiné jouant habilement sur les effets de matière, “Biomimétisme, quand la nature inspire la science” allie plaisir des yeux et bouillonnement cognitif : sur les pages de gauche, des informations scientifiques à la manière d’une encyclopédie donnent des exemples de biomimétisme, défini comme «l’imitation des procédés naturels afin de créer de nouvelles technologies ou d’améliorer celles qui existent déjà». En regard et en pleine page, de généreuses photographies d’animaux empaillés, collections d’insectes, croquis naturalistes rappelant les cabinets de curiosités lui confèrent une esthétique de beau livre.

L’auteure dévoile comment l’homme, au fil des siècles, s’est inspiré de la nature pour inventer des techniques utiles à l’ingénierie, l’architecture, la médecine, la science, la robotique ou la programmation informatique. De l’obsession de voler à celle de créer l’androïde parfait, l’homme ne cesse d’observer les animaux, les plantes, les minéraux pour reproduire certains aspects et atouts de leur anatomie. Suivant la voie du mouvement «biomimicry», pour qui l’imitation du vivant a pour but la création de technologies et matériaux recyclables ou biodégradables, économes en énergie, en harmonie avec l’environnement, Mathilde Fournier espère que «la nature apporte des réponses à deux des problèmes les plus cruciaux du moment : la préservation de l’environnement et la rareté de l’énergie».

Un bel objet éditorial, passionnant, à offrir pour les fêtes ! Saluons au passage le travail de Plume de Carotte, «maison d’édition nature» créée en 2001 par Frédéric Lisak : collections d’herbiers,  bestiaires ou beaux livres, comme le délicieux Mangez la ville ! Recettes originales à réaliser avec les plantes sauvages urbaines ou le photo-reportage Portraits d’un monde ébranlé par le changement climatique réalisé avec le service Planète du journal Le Monde. C’est aussi une collection jeunesse, «Petite Plume de carotte», avec ses herbiers de contes de fées et ses carnets de curiosités d’une grande beauté. Cette remarquable maison d’édition œuvre à la sensibilisation aux questions environnementales, jusque dans la production matérielle de ses livres.

Biomimétisme, quand la nature inspire la science, par Mathilde Fournier,
illustrations de Titwane, Editions Plume de carotte, 2e éd. 2016, 35 euros.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

«La fabrique de doute»

 « La vérité existe, Alix. Nous devons simplement la traquer. Une partie d’elle est sous nos yeux. Si tu crois

Arville à l’heure médiévale

 Dimanche 15 juillet, la Commanderie d’Arville remonte une nouvelle fois le temps et vous invite à vivre le Moyen Âge

La recette de Granny de janvier : «La confiture aux 3 agrumes»

 Cette confiture délicieuse, inratable, économique vous demandera très peu de temps ! Ingrédients :1 pamplemousse, 1 citron, 1 orange 1,5

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X