Menu

La rose du destin

La rose du destin

Couverture-du-livre-La-Rose-du-destinPierre Brisset, Vendômois sous son nom d’écrivain Pierre Marcelain vient de sortir son premier roman édité en collaboration avec Martine Renou, sous son nom de scène Colette Martin !

Homme au multiple facette, ingénieur en biochimie, puis magnétiseur, Pierre Brisset possède le don d’ésotérisme, une faculté de voyager dans le passé.
En librairie depuis début septembre, “La rose du destin” retrace l’histoire de son arrière grand-père du côté maternel, Pierre- André, à la période de Napoléon III, né et mort le même jour que l’Empereur ! Leurs destins se sont croisés lorsque Napoléon était enfermé au fort de Ham de 1841 à 1846. Le Comte de Clerset, son père, choisit d’éloigner son fils, trop doué pour faire le pitre et provoquer le rire autour de lui. Il le confie à l’un de ses métayers pour en faire un garçon de ferme. S’ensuit un nombre de péripéties qui le dirige vers le cirque Brazetti et Pierre-André deviendra Félix le clown puis menuisier, et enfin chansonnier à Paris avant de finir sa vie au bagne à Cayenne et guide en Amazonie…

Une vie trépidante, romancée bien sûr «mais avec une part de vérité» signale l’auteur. D’ailleurs, son aïeul meurt en Amazonie et donc en déportation, comme Napoléon III qui meurt en Angleterre, loin de la France. «La rose du destin est une rose qui pousse uniquement en Amazonie et qui protège d’un moustique dévastateur. Le héros de ce roman se réfugie dans un champ de cette espèce ce qui le sauvera de piqures mortelles» explique t’il. Un livre où il est impossible, à chaque page, de deviner ce qui va advenir de ce personnage, un destin hors du commun !

Pierre Brisset s’est fait aidé par Martine Renou qui a corrigé son livre en reprenant avec lui certaines phrases. Véritable professionnelle, elle a travaillé 25 ans avec son père, aux Presses Universitaires de France (PUF) à Vendôme. Comme elle a retravaillé le texte dans la mise en page, dans les corrections grammaticales, autant le fond que la forme. Pierre Brisset a désiré inscrire son nom sur la couverture du livre en respect pour tout le travail qu’elle a pu réaliser «pour qu’elle soit associée à cette belle aventure» précise t’il. L’auteur de ce premier roman a déjà d’autres livres écrits en réserve, l’un sur un apothicaire au temps de Philippe IV Le Bel ou un autre sur François, écrivain public sous Saint Louis. Un peu comme son aïeul, Pierre Brisset ne s’arrête jamais pour la plus grande joie de ses lecteurs.

La rose du destin/250 pages/20€ aux éditions Ophildespages-www.ophildespages.com

En vente dans toutes les librairies vendômoises, à l’espace Culturel du Centre Leclerc, à l’Office du Tourisme ou chez l’auteur directement 07 80 31 82 91

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Les promenades gourmandes remettent le couvert

Difficiles de passer devant sans les voir. A la sortie de Montoire, à l’entrée de Fontaine-les-Coteaux et en d’autres lieux,

Marché médiéval à Arville

Dimanche 9 juin, la Commanderie templière d’Arville se métamorphose à nouveau pour plonger les visiteurs dans l’ambiance d’une foire moyenâgeuse,

Le nouveau carnet de séjour est arrivé !

Le guide touristique du Vendômois devient «Le Carnet de séjour – Vendôme & la Vallée du Loir» et depuis son

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X