Menu

Denis Sagot : 120 battements par minute

Denis Sagot : 120 battements par minute

Accidenté à moto un mauvais jour de 2011 par un automobiliste qui avait juste un peu «oublié» de respecter la priorité, Denis Sagot est en résidence à l’Hospitalet de Montoire. Batteur depuis l’enfance, il sera en concert à Vendôme le 21 juin pour la Fête de la musique.

 

Petites lunettes cerclées, marinière et baskets aux pieds, le quadra affiche ses références musicales : AC/DC, Metallica, Téléphone. A 14 ans, il se met à la batterie «parce qu’il en aimait bien le son et que ça lui permettait de jouer avec tout le monde, les batteurs étant plutôt une denrée rare». Depuis le drame, qui lui a occasionné un coma de deux mois, un traumatisme crânien, des lésions cérébrales irréversibles, il est en fauteuil roulant. Il y a quatre ans, il intègre un programme d’accompagnement musical à la demande de sa famille, accompagné dans cette démarche par l’Hospitalet, après consultation d’un médecin et sous la conduite d’un intervenant extérieur, Guido Zatilla, un guitariste vendômois. «La mémoire de la pratique lui est revenue au fil des séances. Il avait un gros problème pour se servir de sa cymbale de charleston, aujourd’hui, tout est débloqué», se réjouit le guitariste. Au début, Denis jouait uniquement de la caisse claire avec sa main gauche et de la grosse caisse avec son pied droit. Compliqué pour un batteur quand on sait que l’instrument sollicite les quatre membres et une désynchronisation quasi horlogère.

 

Désormais, chaque semaine, Guido et Denis s’enferment dans une salle de restauration de l’établissement pour une heure ou deux de répétition, en fonction de la forme de Denis. Mais quand Guido vient le chercher dans sa chambre, impeccablement rangée, le batteur en chaise roulante file à toute allure dans les couloirs de l’Hospitalet en direction de la salle où est entreposé son instrument de prédilection.

 

«On a touché à mes cymbales !»

Sur place, il s’installe devant ses fûts, réajuste sa caisse claire et grogne un peu : «On a touché à mes cymbales…» En conformité avec la gentille moquerie qui circule dans le milieu des groupes de rock : «Le batteur est le meilleur ami du musicien». Dans la salle, les accords de Coldplay sonnent impeccablement. Denis est d’une régularité impressionnante, calé sur le tempo, écrasant ses cymbales sur les temps requis. Limité malgré tout par la vitesse d’exécution : «Compte tenu de son handicap, pour le moment, nous sommes obligés de nous caler sur des rythmes de 120 bpm maximum (battements par minutes, NDLR), d’où un répertoire plutôt pop-rock», explique Guido.

 

Pour Tony Dos Santos, cadre de santé à l’Hospitalet, en charge du projet d’accompagnement, les bénéfices sont indéniables : «Endurance, concentration, mémorisation des titres. Il oublie parfois des éléments du quotidien mais jamais le répertoire qu’il joue avec Guido…» Sans occulter l’importance de l’intervenant : «Nous avons échangé en amont pour lister les difficultés que Guido pouvait être amené à rencontrer. Aujourd’hui, ce sont des potes de “zik”, il y a une vraie complicité et ils s’appellent régulièrement au téléphone.»

 

Le jeudi 21 juin, pour la Fête de la musique, Denis et Guido se produiront au Café de la Ville, à Vendôme, sous l’étiquette DS/GZ, leurs initiales respectives et un clin d’œil à celles d’AC/DC, le groupe fétiche de Denis. Au programme, les Beatles, Tracy Chapman, De Palmas et Coldplay pour 30 à 45 minutes de concert. Hasard ou destins mêlés, le même jour, Tony Dos Santos, son cadre de santé, lui aussi musicien, sera juste en face, au bar Saint-Martin, avec son groupe «Vendôme Pale Ale». Mais quand on fait remarquer à Denis, qu’assis devant ses fûts, on en oublierait presque son handicap, son regard se fait plus sombre et sa réponse claque comme un coup de caisse claire : «Moi, je ne l’oublie pas…».

 

DS/GZ, au Café de la Ville, place Saint-Martin, le 21 juin, à partir de 17 heures.

Jean-Michel Véry

Jean-Michel Véry

Journaliste à Politis, à Europe 1, au Petit Vendomois, rédacteur "tourisme" à Néoplanète, pigiste au Figaro et à l'Optimun.


À lire également

Vendôme voit la vie en rose

C’est officiel, en janvier, Vendôme a reçu le verdict du Conseil national des villes et villages fleuris (CNVVF). Bonne nouvelle:

Nos lecteurs en France et dans le Monde

Le Petit Vendômois remercie les lecteurs d’avoir pensé à emporter dans leurs bagages l’une des éditions du Petit Vendômois. Nous

Piqûre de Rappel #2

Appel d’air organise la seconde édition de Piqûre de Rappel, son événement « entre-deux festivals », qu’elle sédentarise dans le parc de

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués d'une *

X