Menu

Je m’appelle Flavian, j’ai 27 ans

Je m’appelle Flavian, j’ai 27 ans

Pierre Mobèche, lauréat de deux courts métrages au festival annuel « Regards Croisés » revient avec un nouveau film « A ma place », projet commandé par l’Hospitalet de Montoire-sur-le-Loir, centre de rééducation pour graves handicapés.

 

Profondément humain, géant de taille, Pierre Mobèche a cette douceur que l’on aime, empathique et compatissant. Passionné de cinéma, il anime l’atelier film d’animation aux ateliers protégés de l’ESAT de Lunay mais c’est avec l’association «Valoris’Action» dont il est le président qu’il réalise ses films, petits chefs d’œuvre de sensibilité. «Valori’Action à travers ses films met toujours en lien le social, indissociable des valeurs de l’association. Pour ce nouveau film, c’était une suite logique avec l’Hospitalet qui est à l’origine de l’association. En effet, j’avais déjà travaillé avec eux autour du thème du cirque, le premier projet en 2011 de l’association» explique le réalisateur. Pierre Mobèche n’est pas à son premier essai de réalisation. En 2016, il reçoit le premier prix au festival «Regards Croisés» pour son sublime film «Talla» puis, à nouveau, un premier prix en 2018 pour son documentaire émouvant «Plus loin» tourné avec Gilles Cormillot, travailleur à l’ESAT pendant 35 ans, passionné de photo et globe-trotteur à travers le monde.

 

C’est lors de la projection en 2019 à l’Hospitalet de ses deux films primés qu’Ellen Coulange, Adjointe de direction de l’établissement, propose à l’association un nouveau projet de film. «L’Hospitalet souhaitait un film promotionnel pour présenter au jeune public et de façon dynamique ceux qui y vivent et ceux qui y travaillent. Sensibiliser des collégiens et lycéens sur le handicap qui souvent fait peur, un film qui pourrait être visionné par exemple en amont d’une visite de l’établissement hospitalier» se souvient Pierre. Acceptant ce nouveau défi, Pierre Mobèche suggère alors, plutôt qu’un film promotionnel classique qui mettrait en avant l’établissement comme une entreprise, de tourner un véritable film de communication sur le handicap présentant l’Hospitalet avec un scénario construit autour de l’histoire du patient Flavian Cochin. «C’est un jeune de 27 ans, atteint d’une maladie dégénérative survenue à l’adolescence et dont l’évolution le pousse de plus en plus vers le handicap d’où sa présence à l’Hospitalet. Je l’ai connu lorsqu’il pouvait encore travailler dans les ateliers de l’ESAT de Lunay, ce qui a permis d’avoir immédiatement de la complicité entre nous et de construire ensemble un scénario en l’observant dans l’établissement et en écoutant son histoire, ses passions, sa vie depuis son enfance en fait» poursuit Pierre.

 

N’oubliant pas la commande de l’Hospitalet d’un film de communication à destination de la jeunesse, Pierre Mobèche se tourne alors vers un témoignage humoristique relatant bien l’état d’esprit de Flavian qui est un homme joyeux malgré son handicap. Qu’est-ce qu’être jeune, d’avoir un handicap et de vivre en institution ? «L’équipe médicale a été très coopérative, elle m’a laissé totalement carte blanche et a organisé pour moi la coordination des patients à partir d’un tableau excel où j’avais scénarisé les 120 plans nécessaires à la réalisation du film dans l’établissement. Le but n’était pas de filmer que Flavian, personnage principal du film, mais bien de présenter cette structure. Désacraliser le handicap, montrer qu’avant d’être un handicapé, Flavian est un jeune qui a des passions, qui aime rire et qui a des amis» détaille Pierre Mobèche.

 

Un teaser (bande annonce du film) visible sur le compte facebook de Valoris’Action où Flavian se présente de façon originale a été tourné en drone et en un seul plan séquence. «Je m’appelle Flavian, j’ai 27 ans, il n’y a pas si longtemps moi aussi j’étais ado» pour dire tout simplement que l’on est (presque) pareil. Venant d’une famille où la passion de la mécanique se partage, le film «A ma place» qui reste pour l’instant confidentiel car présenté en exclusivité lors des vœux de l’établissement en janvier prochain est construit de façon émouvante et drôle à la fois. Très attendu, on s’en doute par les patients qui ont vu d’août à fin octobre, Pierre Mobèche et sa caméra dans les couloirs de l’Hospitalet et auquel beaucoup ont participé. «Il y a effectivement l’objet film mais en même temps ça a été quelque part une activité qui a entraîné une vraie effervescence dans l’établissement». Avec une musique originale de Thomas Demaret, connu par Pierre lors du prix reçu pour Talla au festival Regards Croisés, «A ma place» est tourné de façon dynamique nous assure Pierre, un peu, pour ceux qui connaissent, comme les sketchs « Bref ». On a hâte de le visionner !

 

Reste que cette histoire hélas fréquente d’un handicap évolutif, n’est qu’un prétexte pour parler de ce qui fait peur avec un message simple mais généreux: voir l’humain avant tout, handicapé ou pas, celui qui aime la musique, partage avec d’autres ses passions, les relations humaines qui font avancer et rigoler en somme.

Facebook pour visionner le teaser du film « A ma place » : Valoris’Action

https://valorisaction.org

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Les Jardins Zen d’Ampère

 Jamais à court d’idées, le lycée professionnel Ampère de Vendôme entame un nouveau projet de jardins zen, au sein de

AVADE pour tous

 Bientôt 30 ans pour cette structure d’insertion par le travail dont le Rotary Club de Vendôme est à l’origine de

Nyne reçoit dans son atelier

 Presque deux ans maintenant que Nyne, peintre sur meubles et décor, s’est installée à Villiers, sur la route du Gué-du-Loir,

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X