Menu

Après Ludo le fou, Clément le voyageur ?

Après Ludo le fou, Clément le voyageur ?

Clément Simon, jeune podologue vendômois officiant à Oucques, nourrit le projet d’un tour de France comme pilote de covoiturage au départ de Vendôme. Explications.

Mettre en lumière le covoiturage, la notion de partage, la dimension collaborative et ses effets bénéfiques en termes de réductions des déplacements, et donc de diminution des émissions d’oxyde de carbone, c’est la nature même du concept. Un concept auquel Clément Simon et sa compagne Dolorès adhèrent, puisque déjà utilisateurs de ce type de services. Y ajouter une dimension ludique et une visibilité médiatique, c’est donc tout l’objet du projet dont il est porteur. Passionné de vélo, champion de handball, à 22 ans, après des études à Paris, le jeune podologue a posé ces valises à Vendôme voilà deux ans :

«Dans ma profession, paramédicale, il est plus souvent aisé de trouver du travail en province plutôt qu’en région parisienne, déjà saturée.»

Un besoin complété par une envie de vivre proche de la nature, bien en lien avec la démarche de son projet, dans l’air du temps. Et des réalisations concrètes, il n’en manque pas. Il est à l’origine de semelles thermoformées, dont certaines ont servi à soulager les longues marches dans le désert de soldats français engagés en Afrique.

Son «Tour de France du covoiturage» partira donc de Vendôme pour Rennes, puis Lille, Paris, Dijon, Fréjus, Clermont-Ferrand et Nantes. Sept villes en 7 jours, en qualité de conducteur, voilà l’idée. Des itinéraires partagés avec deux passagers au maximum à bord.

Plus de 3000 km, 31 heures  de route

A la recherche d’un partenariat logistique et/ou financier auprès d’opérateurs du secteur pour une aide à la sélection de ses passagers et la mise en avant du projet, le jeune podologue a sollicité naturellement BlaBlaCar, le leader européen en la matière, pour cette opération inédite et innovante.

Toujours dans une optique de partage et de réduction des coûts, «je serai accueilli à chaque étape par des amis dans chacune des villes traversées, lesquels viendraient participer à l’opération en offrant l’hébergement chez l’habitant, et ainsi conforter la notion de plate-forme communautaire», explique Clément, qui a bien travaillé son projet.

Quelques chiffres pour appréhender au mieux la nature de l’opération : 3200 km, 31h de route, 400 euros de carburant, 300 euros de péages. Toujours dans une démarche de respect de l’environnement, les routes nationales seront privilégiées et le parcours évitera, tant que possible, les autoroutes.

Un projet fixé pour le printemps 2016, et qui a suscité l’intérêt du Petit Vendômois, lequel pourrait suivre les péripéties de Clément qui alimenterait alors le site du journal en contenu, feuille de routes, photos, vidéos, podcasts, et serait relayé au quotidien sur les réseaux sociaux. En attendant de développer l’initiative à l’échelle européenne ou mondiale ? Affaire à suivre…

Jean-Michel Véry

Jean-Michel Véry

Journaliste à Politis, à Europe 1, au Petit Vendomois, rédacteur "tourisme" à Néoplanète, pigiste au Figaro et à l'Optimun.


À lire également

Paul Cruchandeu : «Oser s’engager !»

Paul Cruchandeau, l’ancien professeur de sports à Saint-Joseph, directeur départemental de l’Ugsel 41, élu vendômois, entre autres, prend une retraite

La Recyclerie prend ses quartiers d’hiver

Du changement pour la Régie de quartiers en cette fin d’année, une volonté de développement, un déménagement des ateliers et

#Rosebud, oeuvre participative sur les images qui nous animent

Jusqu’au 7 mai, les jeunes sont invités à participer à la création d’une oeuvre collective appelée «Rosebud» et initiée par

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont marqués d'une *

X