Menu

Burn-out dans les cuisines et les chambres

Burn-out dans les cuisines et les chambres

Les hôteliers-restaurateurs ne peuvent plus maîtriser leur surplus de charges et de contraintes.

La marmite chauffe depuis longtemps chez les professionnels de l’hôtellerie-restauration en Loir-et-Cher. Et, la soupape de sécurité ayant fonctionné à plein depuis des années, le couvercle risque fort de sauter…
Le métier va mal et le fait savoir au fil des années et des assemblées générales. La dernière réunion de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), au château du Breuil à Cheverny, a, une fois encore, mis l’accent sur le ras-le-bol des normes et des contraintes à assumer en plus des heures et des heures de travail. Un peu en décalage dans la mesure où les acteurs de cette branche sont au piano et au service quand la galerie et la croisière s’amusent, dimanches et jours fériés inclus. Les 35 heures n’étant pas toujours respectées scrupuleusement par les «patrons», leurs épouses ou époux, car il y a, là aussi, des femmes cheffes d’entreprises ! Comme les paysans qui vivent mal leur quotidien habituel, le burn-out guette hôteliers et restaurateurs. Ils n’en sont pas à une moyenne de un suicide/jour, mais le mal de crâne commence à en atteindre certains.

 

Trop de normes administratives en plus de la concurrence déloyale

Par les voix de Gilles Martinet, président de l’UMIH41 ; Laurent Ciarka, vice-président chargé de l’hôtellerie ; Sabine Ferrand, vice-présidente chargée des cafés et bars ; Ludovic Poyau, pour les restaurateurs ; Laurent Duc, président national de la branche hôtels à l’UMIH, et deux jeunes qui viennent de s’installer, l’accent a été mis sur tous les problèmes et maux dont continue à souffrir la profession, depuis plus d’une décennie, et même plus.
Une année 2016 marquée, de plus, par les retombées des attentats sur le plan national et les inondations qui ont secoué notre région Centre-Val de Loire, perturbant au passage le tourisme dont les hôteliers et restaurateurs sont un maillon important. De plus, la réglementation en matière de location de chambres en immeubles, gîtes ou chambres d’hôtes, repas à domicile chez les particuliers, entre copains, via les réseaux sociaux… est si floue que tout est permis. La concurrence déloyale se développe à la vitesse grand V et les vrais professionnels en souffrent puisque des particuliers louent des chambres à 20 euros la nuit, avec petit déjeuner. Et certains loueurs n’hésitent pas à préciser sur leurs sites «cartes bancaires et chèques non acceptés», ce qui, en anglais, correspond à du «black work» (travail au noir). De plus, où sont les garanties que peut réclamer un client dans ce type de location, par exemple en cas d’intoxication, de chute, de blessure ?
En plus des plateformes de location, dont ils nient les effets positifs car cela n’amène pas un client de plus, les professionnels redoutent un peu le tout numérique. Lequel va couper les liens vivants et les relations humaines entre loueurs ou prestataires et clients. La réunion s’est ouverte par un petit coup de griffe sur le comportement de l’État qui est mou dans la promotion du tourisme en France alors qu’il y a plus de 85 millions de visiteurs chaque année. Suivi du constat que l’on a exigé l’enlèvement de toutes les enseignes et publicités sur le territoire, ce qui «tue» des pans entiers de l’économie, surtout en zone rurale déjà fragilisée par l’exode des forces vives artisanales, «alors qu’au Japon, tout est axé sur la publicité, partout». Comprenne qui pourra ou qui voudra.
Les professionnels veulent interpeller les candidats à l’élection présidentielle et se tourner ensuite vers les élus départementaux pour dénoncer cet état de fait quant à l’abandons et au mépris envers des acteurs économiques qui ne comptent pas leurs heures de labeur.
Pourtant, la situation du département est plus qu’encourageante dans la mesure où le Loir-et-Cher abrite sept hôtels****, 45***, 46** et 6*, avec des efforts en matière de constructions et/ou de restaurations (immobilières !) importants.
En souhaitant que la saison qui arrive se montre clémente en météo et que le calme règne, une fois les élections passées (c’est toujours négatif pour le pays où elles se déroulent…), les professionnels attendent beaucoup des opérations promotionnelles (www.lavieauresto.fr) lancées depuis le 18 mars dernier pour faire revenir la clientèle vers les restaurants ou séduire une nouvelle clientèle lassée de manger ce que feu Coffe appelait «de la m… !». Il y aura près de mille gagnants par semaine, et par tirage au sort, du 14 avril au 7 juillet. Une raison de plus d’aller voir ce qu’il y a dans la marmite même si le drapeau noir de la contestation flotte au-dessus du couvercle…

Richard MULSANS

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Chambre de métiers et de l’artisanat de Loir-et-Cher

 L’année 2017 s’annonce aussi sombre que difficile… Après sa séance officielle d’installation, La Chambre de métiers et de l’artisanat de

L’anniversaire en couleurs de Nyne

 Déjà un an que l’artiste Nyne, peintre sur meubles et décor, est installée à Villiers-sur-Loirosée idéalement dans son atelier troglodytique

Au revoir Mme le Sous-Préfet

 Il y avait foule dans les jardins de la Sous-Préfecture de Vendôme le 25 août pour le départ de Sophie

MENU
X