Menu

La Balalaïka sous les doigts du virtuose, Micha Tcherkassky

La Balalaïka sous les doigts du virtuose, Micha Tcherkassky

Depuis 2015, Micha Tcherkassky anime des Master-class de balalaïka à Morée avec un concert de clôture. Cette année, les musiciens sont accueillis par la municipalité de Lignières en l’église Saint-Aignan et Saint Laurent. Ainsi, les amateurs de musique russe pourront se réjouir d’une représentation volontairement tournée vers le grand-public.

 

Initié par son grand-père, immigré russe de 1917, Micha Tcherkassky a réussi à faire de sa passion son métier. Après avoir joué, en 2007, au Kremlin devant Vladimir Poutine, en 2011, à l’Olympia et assuré plus de 1000 concerts dans le monde entier, Micha Tcherkassky se tourne résolument vers la transmission « La Balalaïka est un instrument méconnu en France après avoir connu deux périodes d’engouement. La première remonte à l’exposition universelle de 1889 au cours de laquelle l’aristocratie française a découvert sa musicalité au pavillon russe. Il y eut ensuite des petits orchestres partout puis, cela s’est perdu. La seconde est arrivée dans les années 50 avec le succès des cabarets russes jusqu’en 1985. »

 

Malgré un emploi du temps dense puisqu’il n’y a que cinq concertistes professionnels en France, Micha se consacre beaucoup à l’enseignement et utilise les réseaux « Parmi mes élèves, aucun n’est d’origine russe. Ils ont découvert l’instrument par le biais de musiques qui leur ont plu sur Youtube et, de fil en aiguille, s’y sont mis. Certains de mes élèves sont parisiens mais d’autres sont beaucoup plus éloignés et doivent suivre mes cours via Skype. »

 

Les Master-class, orchestrées avec la bienveillance de leur hôte, Danielle Chaubard, sont donc l’occasion rare de partage et de travail collaboratif entre élèves. Un pas essentiel pour intégrer, à terme, un orchestre.

 

Lundi 10 juin, à 14h30, en l’église à Lignières.
Entrée : 10 € (au profit de l’association organisatrice) – Gratuit pour les enfants.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Les «drôles de dames» sortent du cadre

 Le 8 mars, c’est la Journée de la femme, c’est aussi la date qu’ont choisie Coline, Camille et Anasthasya, du

La bonne résolution pour la nouvelle année : désobéir !

 Pourquoi et comment obéissons-nous ? Frédéric Gros analyse et distingue les différentes formes éthiques de l’obéissance : soumission, subordination, conformisme, consentement,

Le Bal’ à Fond… Dansez pour se sentir utile

 Le groupe de musiques & danses du monde « le Bal’ à Fond », de l’Unité de psychosomatique du Vendômois

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

MENU
X