Menu

«Pereira prétend»

«Pereira prétend»

Une bande dessinée de Pierre-Henry Gomont, d’après le roman d’Antonio Tabucchi.

Lisbonne, fin juillet 1938. Doutor Pereira est journaliste, responsable de la rubrique culturelle du journal conservateur Le Lisboa. Solitaire, tourmenté, profondément blessé par la mort de sa femme, il se nourrit de littérature, de boissons trop sucrées et d’aliments trop riches qui meurtrissent son corps obèse. Face à la dictature salazariste, à la guerre civile de l’Espagne voisine, à la montée du fascisme dans toute l’Europe, Pereira prétend qu’il ne s’intéresse pas à la politique. Mais sa rencontre avec Monteiro Rossi, jeune révolutionnaire toujours fauché, auquel il propose d’écrire des nécrologies anticipées d’écrivains célèbres, bouleverse sa routine, le confronte au monde réel, à la censure et à la violence, et le pousse à retrouver goût à la vie.
Ce récit bouleversant, avec ses personnages sensibles, d’une grande profondeur psychologique, aux faiblesses touchantes, au courage roboratif, est magnifiquement porté par l’illustration. Le potentiel symbolique des couleurs est habilement manié : jaunes et rouges chauds figurant à merveille la touffeur des journées portugaises, splendides scènes nocturnes en tons verts-bleus, jeux de contrastes entre personnages et décors. De belles trouvailles graphiques pour représenter les questionnements intérieurs, un trait expressif et dynamique, un texte percutant confèrent à cet album la qualité et la force nécessaires pour émouvoir et habiter longuement le lecteur.
Camille Coursault

Plus de chroniques sur http://5emedecouverture.blogspot.fr/
«Pereira prétend»,
de Pierre-Henry Gomont,
éditions Sarbacane, 2016, 24 euros.

image_pdfImprimer en pdfimage_printImprimer cet article

À lire également

Barrière à amphibiens à Courtiras

 Depuis plusieurs années Perche Nature et la Ville de Vendôme s’associent pour prévenir de la mortalité routière les crapauds qui

Nos lecteurs en France et dans le Monde

 Le Petit Vendômois voyage… Nos lecteurs ne l’oublient pas et l’emportent dans leurs bagages. 1. «Photo prise lors du congrès

Mondoubleau, foire Saint Denis – du 10 au 12 octobre

 Autrefois, Mondoubleau avait obtenu le privilège de pouvoir organiser pas moins de cinq foires annuelles : outre celle de la

MENU
X