Menu

Photographie : un travail de fourmi

Photographie : un travail de fourmi

Philippe Désiré livre à partir du 13 octobre une exposition photo impressionnante sur les guêpes de Sainte Gemmes. Il nous a emmené faire un tour dans son jardin, là où habitent ses modèles.

 

Philippe Désiré ; Sainte GemmesPhilippe a commencé la photo en Normandie, du côté de Rouen. En argentique d’abord, puis a remisé ses boîtiers quelques années avant de se remettre à l’ouvrage en arrivant à Sainte Gemmes, en 1993. Basculant vers le numérique et œuvrant avec un Nikon D7000, un appareil qualifié « d’expert » par les professionnels. Philippe Désiré est artisan électricien. Passionné de photo, il a choisi la macro, des gros plans d’insectes, de mouches, de guêpes, de papillons, ou encore d’araignées. Des œuvres qui soignent les détails, les couleurs, l’anatomie de ces petites bestioles, parfois de la taille d’une tête d’épingle. Et ses modèles ne sont pas très loin. Un tour dans son jardin ou dans celui des voisins, de la patience, de la douceur dans ses gestes et le tour est joué. « La finalité de mon travail est aussi de mettre en lumière la biodiversité locale, souvent insoupçonnée. » Du côté de son figuier, il déniche des pépites qu’il reconnaît de suite à l’œil nu. Là une variété de guêpe, ici une mouche microscopique de couleur marron. Tout est à portée de main, « même en ville, à sa fenêtre on peut trouver quantité d’espèces », explique le photographe. « Mon travail se tourne plus vers le documentaire que l’artistique », poursuit-il avec humilité.

 

140 araignées à Saint-Gemmes !

Et pourtant, quand on contemple l’affiche qui illustre l’expo à venir, on reste sans voix. Une guêpe qui livre sa palette de couleurs, du bleu profond à l’orangé et jusqu’au rouge grenade. Des détails anatomiques, de l’œil à l’abdomen aux pattes velues de la demoiselle. Et pas de routine sur la variété des espèces : « Elles sont différentes d’une année à l’autre, au gré des migrations. Par exemple, certains papillons se promènent de l’Europe à l’Afrique. » Son travail consiste à observer tout l’éventail qui existe autour de nous. Déjà, en 2011, ses photos sur les araignées avaient marqué les esprits : « On imagine qu’il y a trois ou quatre variété sur la commune, en réalité j’en ai recensé 140 ! » Pour fixer au mieux les insectes, il utilise parfois un logiciel dédié (Focus Stacking) qui empile les photos par parties et lui permet d’approcher au plus près et avec netteté le corps de la « bête ».

 

Désormais, l’électricien s’attelle à une série sur les oiseaux. « Cela va être plus compliqué que les insectes, qui eux sont souvent statiques. » Cela laisse augurer d’une magnifique exposition à venir mais qui nécessite patience et observation. Un véritable ouvrage d’inventaire au service de la collectivité et un travail de fourmi en somme.

 

«Les guêpes de Saint Gemmes», Philippe Désiré,
du 13 au 14 octobre, salle des fêtes de Sainte Gemmes (10h/12H et 15h/18h)
et du 15 au 20 octobre, à l’hôtel de ville d’Oucques-La-Nouvelle (10h/12H et 15h/18h). Entrée libre.
Avec le soutien de la municipalité de Sainte-Gemmes et d’Initiatives Culturelles

Jean-Michel Véry

Jean-Michel Véry

Journaliste à Politis, à Europe 1, au Petit Vendomois, rédacteur "tourisme" à Néoplanète, pigiste au Figaro et à l'Optimun.


À lire également

La mémoire d’un continent

En novembre, la Chapelle Saint-Jacques accueillera l’art africain. Disons même les arts, car comme le souligne l’artiste, poète, écrivain et

« Lumière, Eclat et Transparence »

Dès l’origine, la biennale d’Art de Ruillé-sur-Loir a trouvé dans les cloîtres de la Communauté des Soeurs de la Providence,

Janvier / mars 1709 : le «grand Hyver»

Voici tout juste trois siècles, la France subissait un hiver d’une rigueur exceptionnelle. Dans tout le royaume, il gela à

Commenter cet article

Loading Facebook Comments ...

Aucun commentaire

Écrire un commentaire
Aucun commentaire pour le moment! Vous pouvez être le premier à commenter cet article!

Écrire un Commentaire

<

X